Sommaire
Senior Actu

Canicule : déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national 2010

Conformément aux dispositions prévues par le plan national canicule, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé a déclenché le niveau de veille saisonnière le mardi 1er juin. Un dispositif qui sera désactivée le 31 août, sauf si des conditions météorologiques particulières justifient son maintien.


Ce niveau de veille saisonnière correspond à la mise en oeuvre, au niveau national :
- du dispositif de veille biométéorologique, assuré par Météo-France et l'Institut de veille sanitaire, qui permet de détecter la survenue d'une canicule,
- du dispositif d'information et de communication, avec notamment, le numéro vert activé par le ministère de la Santé et des Sports : 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe).

Le plan national canicule comporte deux autres niveaux :

- le niveau de mise en garde et actions (MIGA), déclenché par les préfets de département concernés en cas d'alerte émise par Météo-France et l'Institut de veille sanitaire,
- le niveau de mobilisation maximale, déclenché sur instruction du Premier ministre, sur avis conjoint du ministre chargé de l'intérieur et de la ministre chargée de la santé, lorsque la canicule est aggravée par - des effets collatéraux (rupture de l'alimentation électrique, pénurie d'eau potable, saturation des établissements de santé,...).

Le plan s'appuie sur cinq grands piliers :

- La mise en oeuvre des mesures de protection des personnes à risque hébergées en institutions (établissements d'hébergement de personnes âgées (EHPA), établissements pour personnes handicapées) ou hospitalisées en établissements de santé.
- Le repérage individuel des personnes à risque, grâce au registre des personnes fragiles ou isolées tenu par les communes.
- L'alerte, sur la base de l'évaluation biométéorologique faite par Météo-France et l'Institut de veille sanitaire (InVS).
- La solidarité vis-à-vis des personnes à risque, mise en oeuvre grâce au recensement et aux dispositifs de permanence estivale des services de soins et d'aide à domicile et des associations de bénévoles.
- Le dispositif d'information et de communication, à destination du grand public, des professionnels et des établissements de santé.

Depuis sa création, en 2004, le plan est révisé chaque année. Pour la saison estivale 2010, le plan intègre les changements organisationnels induits par la création des Agences Régionales de Santé (ARS) :

- Le message d'alerte émis par Météo-France et l'InVS dès que la situation le justifie est, à présent, adressé par la Direction générale de la santé à toutes les ARS. Cette alerte est également transmise aux préfets de département qui décident alors d'un éventuel changement de niveau du plan au niveau local.
- Le dispositif de « tensions hospitalières », jusque là suivi par les ARH, est désormais suivi par les ARS. Ce dispositif permet d'avoir une visibilité régionale et nationale sur l'activité des établissements de santé et de détecter de manière précoce les tensions du système de soins, les difficultés rencontrées par le SAMU ou les services d'accueil des urgences et d'y apporter une solution adaptée.

A l'occasion de ce déclenchement du niveau de veille saisonnière, Roselyne Bachelot-Narquin rappelle qu'en l'absence d'épisode majeur de canicule depuis 2006 (hormis un épisode assez bref qui a touché cinq départements après le 15 août dernier), il est indispensable de rester mobilisé pour assurer efficacement la prévention et la gestion sanitaire de la période estivale, et de renforcer encore la solidarité entre les générations, principe majeur de ce plan.
Canicule : déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national 2010

Plan national canicule : le rôle essentiel du recensement des personnes âgées

A l’occasion du déclenchement du niveau de veille saisonnière du plan national canicule, Nora Berra, Secrétaire d’Etat chargée des Aînés, a tenu à rappeler l’importance du recensement par les communes des personnes âgées et des personnes handicapées isolées.

Ces registres communaux permettent en effet de recenser les personnes qui seront systématiquement et prioritairement contactées par les services sanitaires et sociaux pour vérifier leurs besoins d’aide, de soutien, de visite ou de secours, en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence.

Outre l’inscription spontanée des personnes intéressées, la ministre rappelle que ce recensement peut être opéré par l’intermédiaire de la collecte d’informations organisée par les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS), les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), les services sociaux, les équipes médico-sociales, etc. Ceux-ci doivent recueillir préalablement l’accord écrit des personnes souhaitant figurer sur le registre et la transmettre à la mairie.

Nora Berra tient également à saluer le rôle essentiel et incontournable des associations pour relayer les actions d’information et de recommandations envers les personnes isolées et fragiles. Concernant les établissements d’hébergement pour personnes âgées, la ministre signale notamment l’obligation pour les établissements de réaliser un « plan bleu » et de disposer d’au moins une pièce rafraîchie.

Enfin, Nora Berra rappelle que c’est bien toute l’année que la solidarité de proximité doit être importante. Si certains membres de votre famille sont âgés, si vous avez des voisins ou des proches âgés, prenez régulièrement de leurs nouvelles et assurez vous qu’elles se portent bien.


Publié le Jeudi 3 Juin 2010 dans la rubrique Santé | Lu 2784 fois