Sommaire
Senior Actu

Cancer localisé de la prostate et traitement par Ablatherm®HIFU

Face aux 40.000 cas annuels de cancers localisés de la prostate en France, la technologie HIFU, homologuée en Europe depuis 1999, représente une avancée thérapeutique majeure, notamment pour les patients qui ne relèvent pas de la chirurgie et pour le retraitement après échec de la radiothérapie. Explications.


« Outre l’avantage d’être peu invasif et de ne pas utiliser les rayons, le traitement ne présente pas d’impasse thérapeutique comme la radiothérapie et offre la possibilité de répéter le traitement sans problème de dose maximum » souligne le Dr François-Joseph Murat de l’HEH.

Plus concrètement, l'Ablatherm®HIFU est fondé sur l’utilisation des Ultrasons Focalisés de Haute Intensité : les faisceaux convergent avec une extrême précision sur la zone ciblée, provoquant une élévation très brève de la température (de 80 à 90°C). Les tissus ainsi ciblés sont instantanément et définitivement détruits, tandis que les tissus environnants sont préservés, marquant en cela une différence radicale par rapport au traitement par rayons ionisants, beaucoup plus destructeur pour l’environnement tissulaire.

L’efficacité de l’ Ablatherm®HIFU a rejoint celui des traitements de référence. Non invasif, il offre une alternative thérapeutique, sans radiation et sans chirurgie. Et les résultats montrent une efficacité qui a rejoint ceux des traitements de référence, tout en conservant une meilleure qualité de vie. Une étude en cours de publication sur des patients traités à l'Hôpital Edouard Herriot de Lyon et en Allemagne montre que plus de 87% des patients traités en première intention observent une disparition du cancer de la prostate (sur un suivi moyen de 6,5 ans). .../...

Cette avancée s’inscrit dans la tendance d’une prise en charge localisée et moins invasive de l’organe, se substituant à la chirurgie radicale. « Comme observé dans l’évolution du traitement du cancer du sein chez la femme, après la fin de la mammectomie radicale « obligatoire », s’ouvre l’ère d'une solution alternative à la prostatectomie radicale systématique » souligne le professeur Crawford, urologue américain de renom, chef de service d’oncologie urologique à l’University of Colorado Health Sciences Center.

Rappelons que l’Ablatherm®-HIFU est le fruit d’une collaboration étroite entre le service d’urologie de HEH,, de l’unité U556 de l’INSERM et du service d'urologie de Klinikum München en Allemagne.

Homologué en Europe depuis 1999, avec à ce jour plus de 120 centres équipés dans le monde et plus de 13 000 patients traités, le traitement du cancer localisé de la prostate par Ablatherm®HIFU devrait obtenir la certification américaine de la Food and Drug Administration (FDA) d’ici fin 2010.

La prostate en quelques mots (Source : Association Européenne d'Urologie)

Il s'agit d'une petite glande située sous la vessie et qui entoure la partie supérieure de l'urètre (canal traversant le pénis et conduisant l'urine et le sperme à l'extérieur). La prostate sécrète un liquide épais et clair qui se mélange aux spermatozoïdes pour former le sperme.

Cette glande peut être le siège de plusieurs affections, telles que l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), l'infection aiguë ou chronique de la prostate et le cancer. Ces maladies peuvent provoquer des symptômes similaires : difficultés ou douleurs pour uriner, mictions fréquentes (en particulier la nuit) et besoins impérieux d'uriner.

Chez l'homme, le risque d'affection de la prostate augmente avec l'âge. Les antécédents familiaux, des origines africaines et une alimentation riche en graisses animales et pauvre en fruits, légumes et poissons peuvent également accroître le risque de maladie de la prostate. Tous les hommes, en particulier ceux de plus de 50 ans, doivent donc être vigilants et consulter leur urologue en cas de doute.


Publié le Jeudi 5 Juillet 2007 dans la rubrique Santé | Lu 7773 fois