Sommaire
Senior Actu

Cancer du sein : une convention pour promouvoir le dépistage organisé auprès des publics vulnérables

À la veille d’octobre rose Edition 2011 (mois traditionnellement dédié à la lutte contre le cancer du sein), la Ligue contre le cancer vient de signer une convention avec le Comité national de liaison des régies de quartier pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein auprès des publics les plus vulnérables.


En France, chaque année, on recense environ 50. 000 nouveaux cas de cancer du sein.

Cancer féminin le plus fréquent, il reste au premier rang des décès par cancer chez la femme, avec plus de 11.500 décès estimés en 2011.

Le mois d’octobre, spécialement dédié à la lutte contre le cancer du sein au niveau mondial, est l’occasion de sensibiliser les femmes à l’importance du dépistage organisé. Pour vaincre les inégalités sociales et géographiques en santé, la Ligue contre le cancer et le Comité national de liaison des régies de quartier ont choisi d’unir leurs forces à travers la signature d’une convention pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein auprès de toutes les femmes, sans exception.

Octobre rose : un mois de promotion du dépistage organisé du cancer du sein

Généralisé à l’ensemble du territoire depuis 2004, le programme de dépistage organisé du cancer du sein propose gratuitement, à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans, une mammographie à double lecture. Cette double interprétation vise à renforcer l’efficacité du dépistage.

Par ailleurs, le Comité national de liaison des régies de quartier s’engage avec la Ligue contre le cancer pour informer et sensibiliser à la fois la population laissée à l’écart du dépistage organisé ainsi que les collaborateurs des régies de quartier, eux-mêmes habitants des dits quartiers. Ce mois de communication doit donc renforcer la visibilité d’une action qui dure toute l’année.

La Ligue contre le cancer et le Comité national de liaison des régies de quartier s’engagent pour lutter contre les disparités

Malgré le dépistage organisé, les inégalités entre les femmes persistent : accès à l’information disparate, perceptions culturelles différentes, inégalités d’accès aux dispositifs en termes de proximité géographique… Face à cette situation, la Ligue contre le cancer poursuit ses actions afin de faire reculer ces inégalités. Parmi ses différentes initiatives, les deux partenaires annoncent la signature d’une convention.

In fine, ces deux acteurs souhaitent mieux informer et sensibiliser la population au dépistage organisé du cancer du sein. Pour y parvenir, différentes actions vont être mises en place :

- sensibilisation et implication des collaborateurs des régies via des actions de formation pour leur permettre de devenir acteurs de prévention ;
- collaboration avec les acteurs du champ de la santé et de l’action sociale ;
- développement des actions de proximité avec les associations de quartier ;
- amélioration la participation des populations laissées à l’écart du dépistage organisé du cancer du sein, par l’implication des femmes des quartiers et des acteurs locaux.

Et des actions concrètes mises en œuvre sur le terrain

- Sensibiliser et former des personnes relais
- Organiser des rencontres et/ou des réunions avec le public (porte à porte, bas d’immeuble, marché, associations de quartier…)
- Mieux impliquer les professionnels locaux de la santé et du social, pour qu’ils soient relais auprès de la population
- Élaborer des outils de communication ou supports d’information adaptés si besoin…
- Améliorer l’accès à l’information et permettre une meilleure prise en compte des inégalités de santé face au cancer.

Par exemple, pour l’édition 2011 d’Octobre rose, la Régie de Quartier de la Meinau (Strasbourg) va mettre en place des actions spécifiques à destination des femmes en situation de précarité afin de développer la participation au dépistage du cancer du sein des femmes du quartier :

- promouvoir le dépistage du cancer du sein auprès des habitantes du quartier de la Meinau chez les femmes d’origine étrangère et chez les femmes en précarité ;

- identifier les personnes relais à former qui feront la communication, l’information et serviront de guides pour favoriser les démarches d’accès au dépistage ;

- organiser la diffusion de l’information localement ;

- préparer le déplacement et l’accompagnement des femmes volontaires vers un cabinet de radiologie.


Publié le Vendredi 16 Septembre 2011 dans la rubrique Santé | Lu 1661 fois