Sommaire
Senior Actu

Cancer du sein : plus de risque après 15 années de consommation d’oestrogène

Une étude financée par le gouvernement fédéral américain dans le cadre du projet « Women’s Health Initiative (WHI), publiée récemment dans la revue médicale spécialisée « Archives of Internal Medicine » indique que les femmes ayant pris de l’oestrogène comme traitement des symptômes de la ménopause pendant au moins quinze ans, présentent un risque significativement plus élevé de développer un cancer du sein.


Cette étude, qui a été menée sur 28.835 infirmières ayant subi une hystérectomie (ablation de l’utérus), a révélé que les femmes qui ont été traitées avec des oestrogènes seuls (sans progestatifs) pendant moins de dix ans ne présentaient pas de risque plus élevé de développer un cancer du sein.

En revanche, au-delà de quinze années de traitement avec cette hormone de remplacement, les risques de cancer du sein le plus commun augmentent de 48%, et après vingt ans, le risque de développer un cancer du sein (tous types confondus) augmentent de 42%.

Durant la période d’étude, 934 femmes ont développé un cancer du sein invasif ; 226 n’étaient pas sous traitement hormonal substitutif, alors que 708 d’entre elles suivaient un traitement à base d’œstrogènes.

« En fait, nous avons constaté que sur une longue durée, un traitement à l’œstrogène accroît les risques de cancer du sein » indique le docteur Wendy Chen, l’une des auteurs de cette étude, cancérologue à l’Institut contre le cancer Dana Farber de Boston dans le Massachusetts.

« Même si l’usage de l’œstrogène pendant une période inférieure à dix n’est pas liée à une plus grande incidence de cancer du sein, l’étude a montré une hausse du risque d’attaque cérébrale et de phlébite » ajoutent les chercheurs.

Les femmes qui prennent des oestrogènes pendant une longue période dans le cadre d’un traitement ou en prévention de l’ostéoporose, seraient ainsi, selon ces scientifiques, plus exposées au développement d'un cancer du sein. Ces spécialistes leur conseillent donc d’étudier d’autres solutions avec leurs médecins. .../...
Cancer du sein : plus de risque après 15 années de consommation d’oestrogène

En 2002, d’autres résultats rendus public par le WHI indiquaient déjà que ce traitement augmentait non seulement les risques de cancer du sein, mais soulignaient également une corrélation entre le traitement aux oestrogènes et une hausse des risques de maladies cardiovasculaires, telles que les attaques ou les caillots de sang.

Toutefois, d’autres études suggèrent que ces types de traitements hormonaux de substitution peuvent s’avérer bénéfiques, et que cela dépend de l’âge de la patiente, de la durée de la ménopause, de celle de son traitement et d’autres facteurs.

D’une manière générale, cette thérapie hormonale est maintenant prescrite sur la période la plus courte possible et avec un dosage très faible.


Publié le Mercredi 17 Mai 2006 dans la rubrique Santé | Lu 4844 fois