Sommaire
Senior Actu

Canada – un gène efficace dans la destruction des tumeurs du cancer de la prostate


L’introduction du gène interleukine 2 dans des cellules cancéreuses semble efficace pour détruire les tumeurs et conférer une résistance à leur résurgence dans le cadre d’un traitement du cancer de la prostate, selon une étude clinique réalisée par des chercheurs canadiens et publiée dans la revue Nature d’octobre 2003

Les chercheurs du Princess Margaret Hospital de Toronto et de l’Université McMaster d’Hamilton ont procédé à des injections progressives d’adenovirus (virus modifié pour transporter des gènes anti-tumeurs spécifiques, ici l’interleukine 2) sur 12 patients malades pendant le mois précédant leur prostatectomie (ablation des tumeurs de la prostate ou parfois de la prostate elle-même).

Le but de cette étude clinique était d’évaluer l’efficacité de ce traitement, démontrée chez des souris lors d’études pré-cliniques, dans le traitement du cancer de la prostate. Aucun effet toxique n’a été détecté lors de l'essai clinique et ce, quelle que soit la dose d’adenovirus injectée. Les effets secondaires ont consisté en une hésitation urinaire pour l’un des patients, des symptômes grippaux, un inconfort périnéal (le périnée étant l’endroit du corps situé entre l’anus et les parties génitales) et la présence de sang dans les urines pour deux autres.

L’étude clinique (appelées aussi essai thérapeutique) est une étape obligatoire avant la mise sur le marché d’un nouveau médicament ou traitement. Plusieurs études le concernant doivent être menées, pendant une dizaine d’années au minimum, en respectant des critères de qualité et de fiabilité définis par des procédures Internationales d’Harmonisation (International Conference of Harmonisation).



Publié le Jeudi 9 Octobre 2003 dans la rubrique Santé | Lu 582 fois