Sommaire
Senior Actu

Canada – Une récente étude signale que les seniors se sentent mal informés sur le sida


Canada – Une récente étude signale que les seniors se sentent mal informés sur le sida
Selon une récente étude réalisée par Leger Marketing* intitulé « Les Canadiens et le Sida »** les individus âgés de 18 à 24 ans et les personnes de plus de 65 ans s’estiment mal informés sur les moyens de prévention et de protection de cette maladie.

Il ressort de cette enquête que presqu’un tiers (27%) des sondés des deux groupes estimaient être mal informés sur le sujet alors que seuls 14.5% des 45/64 sont dans cette situation. Contrairement aux baby-boomers, chez les seniors, une personne sur trois ne serait donc pas renseignée sur les moyens de protection et de prévention du sida.

Il faut rappeler que le virus HIV et le sida ne concernent pas que les populations les plus jeunes. Cette épidémie entraîne de sérieuses conséquences chez les plus âgés aussi. On assiste en effet, dans les pays développés, à une recrudescence des cas de sida chez les seniors. Ces derniers ne se sentant pas concernés par la maladie et n’ayant pas eu l’habitude d’utiliser de préservatifs, ne se protègent pas. Or, contrairement à ce que l’on croit, la vie sexuelle ne s’arrête pas au moment où l’on part en retraite. Les cas de contamination chez les personnes de plus de 50 ans ne cessent donc de croître.

A cet effet, un projet d’intervention Sida est actuellement mené en Floride du Sud auprès de la population retraitée qui détient le triste record de contamination par le virus du sida de tous les États-Unis. Cette population continue à être considérée par le corps médical comme relativement préservée face au sida. Or, comme l’indique Paul Spearing, analyste auprès du projet, « le sida n’épargne plus les cheveux gris ».

Croire que les seniors n’ont plus de vie sexuelle est un mythe, affirme l’analyste. Le groupe des femmes hétérosexuelles de plus de 60 ans est d’ailleurs celui qui connaît la plus forte croissance en terme de contamination. Les minorités noires et hispaniques ainsi que les homosexuels sont les plus touchées par l’épidémie.

Les rapports sexuels ne sont pas l’unique cause de séropositivité chez les seniors. Nombre d’entre eux s’échangent les seringues, notamment les diabétiques, en raison du coût que cela représente.

Le projet tente, par le biais d’une campagne d’information destinée aux seniors, de lever le voile sur un véritable problème de société qui risque de prendre de l’ampleur. Il est nécessaire de changer les idées préconçues chez les médecins mais également chez les seniors qui se sentent à l’abri. Grâce aux nouveaux traitements, ils pensent que le sida ne les empêchera pas de vivre leurs dernières années.

En janvier 2004, le Centre américain de Contrôle et de Prévention des Maladies, indiquait que le nombre de personnes de plus de 50 ans ayant contracté le virus du sida était en constante augmentation. Cette agence fédérale, qui veille sur la santé des Américains, recensait 2 394 cas dans le Michigan, soit une multiplication par deux des cas en cinq ans.

*Leger Marketing s’annonce comme la plus importante société de rechercher indépendante du Canada. Elle est membre de Gallup International Association

** L’étude a été réalisée au moyen d'entretiens téléphoniques auprès d'un échantillon représentatif de 1 502 Canadiennes et Canadiens âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s'exprimer en français ou en anglais. Les entrevues ont eut lieu du 3 au 8 août 2004. À l'aide des données de Statistiques Canada, les résultats ont été pondérés selon les régions, le
sexe et la langue parlée à la maison afin de rendre l'échantillon représentatif de l'ensemble de la population adulte du Canada.


Publié le Jeudi 16 Septembre 2004 dans la rubrique Santé | Lu 3955 fois