Sommaire
Senior Actu

Canada - Les boomers et les seniors canadiens s'inquiètent du maintien de leur niveau de vie


D'après un sondage réalisé cet été par Ipsos-Reid pour le compte de la Royale Banque du Canada (RBC), pour les retraités, la gestion de leurs finances apparaît comme une grande priorité, quant aux individus qui approchent de la retraite, ces derniers ressentent les contraintes de la génération sandwich

Selon cette étude, les personnes qui approchent de l'âge de la retraite, les baby-boomers, issus de l’explosion démographique de l’après-guerre, vivent davantage les difficultés dues à leurs conditions de « génération sandwich » : à savoir prendre soin de leurs parents et de leurs enfants tout en essayant d'économiser assez pour prendre leur retraite. La moitié (47%) des boomers estiment qu’« en raison du soutien financier apporté à leurs enfants, ils n'ont pas suffisamment économisé pour leur retraite ». Ce chiffre descend à une personne sur trois (31%) pour l’aide apportée aux parents âgés. Ainsi, 56% de ces individus proches de la retraite craignent de ne plus pouvoir mener leur train de vie actuel lorsqu’ils percevront un revenu fixe à la retraite. « Les baby-boomers sont particulièrement inquiets de réussir à tirer suffisamment de revenus de leurs placements au moment de leur retraite, étant donné les exigences conflictuelles touchant leurs finances et leur envie de vivre une retraite confortable », explique Nadine Girault, directrice nationale, Stratégies clients, de RBC Banque Royale.

Le sondage RBC/Ipsos-Reid remarque que les deux tiers (63%) des retraités soulignent que « depuis qu’ils sont à la retraite, la gestion de leurs finances est devenue la principale priorité ». Par ailleurs, 47% d’entre eux indiquent qu’avec un revenu fixe une fois à la retraite, ils ne peuvent plus mener la vie qu'ils menaient auparavant. « Après une décennie de faibles taux d'intérêt, beaucoup d'investisseurs continuent d'avoir du mal à dégager suffisamment de revenus ou de rendements intéressants de leurs placements en titres à revenu fixe », rappelle Mme Girault. « De modestes augmentations des taux d'intérêt à court terme ne feront pas grand-chose pour les soulager et beaucoup d'investisseurs continueront de se demander quelle approche ils devraient adopter. »

En ce qui concerne le style de vie, la plupart des boomers et des retraités continuent de rêver de passer l’hiver sous des climats plus chauds, même s’ils ne sont que 19% à le faire effectivement une fois à la retraite. Pour presque 70% des Boomers, voyager est ce qu'il y a de mieux quand on est à la retraite. « Le coût et la complexité des voyages et de la vie à l'étranger pendant la retraite peuvent au départ sembler prohibitifs, dit Mme Girault ». « L'objectif est de simplifier le processus et de faire en sorte que vous ayez les ressources et la souplesse nécessaires pour passer votre retraite comme vous l'avez imaginé. »

Le sondage est basé sur des entretiens téléphoniques avec un échantillon représentatif de 3 003 adultes canadiens sélectionnés au hasard, interrogés en anglais ou en français. Au total 573 Canadiens retraités et 2 430 Canadiens non-retraités ont été interrogés entre le 20 et le 30 août 2004.

La Banque Royale du Canada s’annonce comme la plus grande banque du Canada par sa capitalisation boursière et son actif, et l'une des principales sociétés de services financiers diversifiés en Amérique du Nord. Elle offre des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, la gestion de patrimoine, des assurances, des services à la grande entreprise
et de banque d'investissement, ainsi que le traitement des opérations, à l'échelle mondiale. La société compte 60 000 employés pour 12 millions de clients, particuliers, entreprises et administrations publiques, par des bureaux en Amérique du Nord et dans quelque 30 pays.


Publié le Jeudi 28 Octobre 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 907 fois