Sommaire
Senior Actu

Canada - Baby-boomers et hautes technologies


Au Canada comme ailleurs, le secteur des hautes technologies a longtemps eu la réputation de n’employer que des jeunes, fraîchement diplômés, célibataires, travaillant dix heures par jour, avant de se retrouver autour d’une bière. Ce fut particulièrement vrai dans les années 90, avec l’explosion des « start-up » et d’Internet.

Pourtant l’histoire de Dennis Skrastins, directeur du département judiciaire chez Pika Technologies Inc depuis 1997, illustre l’évolution du secteur. Dennis Skrastins, employé dans les hautes technologies depuis ses 23 ans, en avait 42 lorsqu’il a postulé pour ce poste. Contrairement à ce qu’il craignait, son âge n’a pas été perçu comme un handicap mais comme un atout puisque source d’expérience. Cette évolution récente du secteur s’explique en partie par les nombreux licenciements opérés et qui ont principalement touché les embauches les plus récentes. Mais il y a plus que cela. Les employeurs ont peu à peu réalisé que l’expérience des baby-boomers pouvait être un atout majeur pour leurs sociétés et qu’avoir dépassé la quarantaine n’empêchait pas d’être créatif.

Afin de mieux apprécier cette évolution, le Conseil de recherche des sciences sociales et humaines du Canada se lance dans une étude de longue haleine sur le sujet. Il s’agit notamment de comparer la proportion d’employés baby-boomers dans le secteur des hautes technologies et dans d’autres branches plus « classiques », mais aussi de rendre compte des difficultés qu’ils peuvent rencontrer, par exemple pour concilier vies professionnelle et privée.


Publié le Mercredi 14 Mai 2003 dans la rubrique Emploi | Lu 1076 fois