Sommaire
Senior Actu

Canada – Analyse des problèmes liés au vieillissement des populations

(2395 signes)


Jean-Claude Ménard, l’actuaire en chef du Régime de pensions du Canada et des régimes de retraite du secteur public, du BSIF (bureau du surintendant des institutions financières), a présenté le 8 octobre dernier une analyse de l’impact possible du vieillissement sur les marchés financiers. Les deux problèmes principaux auxquels seront confrontés les pays développés vieillissants seront d’une part le financement des retraites et d’autre part la pénurie de main d’œuvre.

Les pays les plus touchés seront sans doute le Japon et les pays européens, qui devraient connaître une décroissance de leur population au cours des 50 prochaines années, tandis que celles du Canada et des États-Unis devraient continuer de croître, mais à un rythme plus lent que par le passé. Le vieillissement lié à une baisse du taux de natalité va réduire la part de la population active. Au Canada, on passerait d’un ratio actuel de 5 personnes en âge de travailler pour une personne de plus de 65 ans à un ratio de 2,3 en 2050. Le même indicateur à l’échelle mondiale montre un vieillissement semblable où le ratio passe de 7 à un peu moins de 4. Si les taux de participation parmi les travailleurs plus âgés n’augmentent pas au fil des ans, les pays développés devraient donc faire face à une décroissance marquée de leur main d’œuvre, ce qui pourrait à son tour limiter de façon significative leur potentiel de croissance économique. Ainsi, selon l’OCDE, la retraite anticipée pourrait entraîner des conséquences négatives sur les niveaux de vie aussi fortes que le vieillissement lui-même.

Un deuxième problème se pose pour le financement des retraites dans les pays qui ont adopté le système de répartition. En effet, il semble clair que le financement par capitalisation résiste mieux aux chocs démographiques. Or, passer d’un régime financé par répartition à un régime pleinement capitalisé peut créer un problème de double paiement par une même génération, qui devra payer les bénéfices de retraite promis à la génération précédente tout en épargnant simultanément pour sa propre retraite, ce qui pourrait devenir un fardeau insoutenable. Le Canada, sur ce plan, semble s’en tirer correctement avec un régime de retraite capitalisé à hauteur de 40% à 45%. Toutefois, même pour ce pays qui semble mieux s’en tirer que d’autres pays développés, le vieillissement reste l’un des plus gros défis des années à venir.


Publié le Lundi 27 Octobre 2003 dans la rubrique Divers | Lu 999 fois