Sommaire
Senior Actu

Café des âges : un an après leur lancement, 346 ont été labellisés

Depuis leur création fin avril 2005 par l’association « Vieillir, c’est vivre », le nombre de « Café des âges » labellisés -concept qui vise à mettre en place un dialogue « entre et sur » les générations avec les différents acteurs concernés, a atteint les 346 sur une soixantaine de départements français, sur l’Allemagne et la Belgique.


Tout juste un an après le début de la labellisation des cafés des âges le 25 avril 2005, l’association « Vieillir, c’est vivre », dirigée par l’ancienne secrétaire d'Etat aux personnes Âgées, Mme Paulette Guinchard-Kunstler, a annoncé cette semaine à Paris lors d’une réunion, la labellisation de 346 cafés des âges pour 294 sites sur 63 départements français, ainsi qu’à Fribourg (Allemagne), et à Jette (Belgique), en Région Bruxelles-Capitale.

L’association se félicite de cette première année d’exercice et estime que le nombre de 400 cafés des âges au 1er juin, date anniversaire du lancement officiel du premier café des âges l’année dernière est « un objectif atteignable ». Et de préciser que « de nombreux réseaux ou de « simples » citoyens se sont proposés pour rediffuser l’information autour d’eux -ou l’ont fait d’eux-mêmes ».

« Etre vieux, être jeune, c’est relatif ; on est toujours le jeune ou le vieux de quelqu’un » précise un communiqué de l’association. « Le vieillissement est un processus qui démarre dès la naissance et, finalement, « vieillir, c’est vivre » ! Jeunes et vieux, réapprenons à vivre ensemble, inventons des habitudes de vie entre nous, osons en parler ».

« A tout niveau, du quartier au pays, en passant par la commune, le département et la région, il faut valoriser toutes les actions visant à renforcer le lien social entre générations. Les vieux doivent pouvoir pleinement participer aux projets qui concourent à tisser les rapports humains. Vivre plus longtemps peut être une chance, à condition de se sentir acteur de ses choix de vie et citoyen dans la société. Prendre la parole, permettre à chacun de trouver sa place pour participer à l’évolution de la société, c’est redonner du sens et de l’humanisme à la démocratie » ajoute l’association. .../...

Vivre plus longtemps et plus longtemps en bonne santé nous conduit à changer notre regard sur la société et son organisation. Etre vieux, ce n’est pas vivre plus chichement et avoir moins d’exigences que lorsque l’on a 35, 45 ou 55 ans. L’exigence centrale : être acteur de ses propres choix, un droit inaliénable et imprescriptible qui ne saurait être refusé aux vieux ! »

« Face à ces défis qui nous attendent, il est urgent de réfléchir tous ensemble, toutes générations confondues sur la manière dont notre société doit évoluer » rappelle l’association. « Jeunes et vieux, actifs et retraités, professionnels et usagers, élus et familles : offrons aux personnes âgées une perspective de vie autant qu’une perspective de soins ; offrons à chacun, en fonction de sa situation et de ses choix, de bénéficier de ressources sanitaires et sociales adaptées et personnalisées et offrons aux citoyens de tous âges le droit d’exercer sa liberté personnelle, de communiquer, de se déplacer, de participer à la vie en société ».

Et l’association de conclure : « Rencontrons-nous, dialoguons, partageons nos expériences, dans des débats citoyens, des forums de discussion et des colloques de réflexion »

L’association « Vieillir, c’est vivre » a pour but de créer un mouvement citoyen visant à mettre en valeur les rapports entre les générations, à changer notre regard sur la société et son organisation. D'une manière générale, elle vise à initier, soutenir et développer toute action permettant d' ouvrir notre société à tous les âges.

De son côté, le « café des âges » s’annonce comme un lieu de débats -ponctuel et non continu- entre les générations et sur les relations entre les générations. Il doit offrir un cadre interactif aux différents acteurs concernés (citoyens, élus, opérateurs de terrain, universitaires, retraités, associations, familles). L'enjeu de ces rencontres est de dégager des paroles, voire une parole commune et l'objectif est d'associer directement les personnes concernées ainsi que leurs familles, de même que tous ceux qui s'interrogent ou veulent réfléchir et agir sur ces thématiques.

Pour en savoir plus, lire aussi :
Une récente association lance l'opération ''Cafés des âges''


Publié le Mercredi 3 Mai 2006 dans la rubrique Social | Lu 4968 fois