Sommaire
Senior Actu

Bordeaux : création d’un centre de traitement et de recherche sur la maladie d’Alzheimer

La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie Michèle Delaunay et le directeur général du CHU de Bordeaux Alain Hériaud ont annoncé le 10 décembre dernier, la création à Bordeaux (Gironde) d’un centre de traitement et de recherche hospitalo-universitaire sur la maladie d’Alzheimer. Explications.


Cette maison de retraite médicalisée (de type EHPAD) Alzheimer du CHU de Bordeaux permettra de réunir sur un même site, et à proximité immédiate du centre de gériatrie de l’hôpital Xavier Arnozan, des unités prenant en charge des patients dépendants et l’unité de géronto-psychiatrie délocalisée du CHS Charles Perrens.

« Le futur établissement sera un maillon important du parcours de prise en charge des âgés car il sera au coeur d’une filière gérontologique complète de haut niveau, mêlant unités de soins de suite, services de gériatrie, unités de géronto-psychiatrie, et services de soins palliatifs », a souligné la ministre lors de l’inauguration de cette structure.

Et d’ajouter : « ainsi, un pôle gérontologique hospitalo-universitaire sera constitué dans la capitale Aquitaine, et Bordeaux positionnée comme une ville pilote de la recherche épidémiologique sur le vieillissement et la maladie d’Alzheimer, un domaine où elle s’est déjà illustrée via les cohortes PAQUID et des 3 Cités ».

« Le CHU de Bordeaux doit devenir un établissement de référence en matière de recherche, de formation et d’évaluation, et le futur EHPAD doit être un centre de ressources pour tous les EHPAD du territoire », a encore estimé la ministre. Au-delà, Michèle Delaunay souhaite que ce projet soit intégré à la création de la grande école de santé publique envisagée par l’université Bordeaux-Segalen, avec l’Institut de Santé Publique Epidémiologie et Développement (ISPED).

Ainsi, serait constitué à Bordeaux, de façon inédite en France, un pôle gérontologique doté d’expertises dans les domaines de la santé publique, de la formation, de l’éthique et de la santé durable. Pour permettre à ce projet de voir le jour, Michèle Delaunay a attribué un financement exceptionnel de 1,2 millions d’euros.


Publié le Lundi 17 Décembre 2012 dans la rubrique Santé | Lu 650 fois