Sommaire
Senior Actu

Boomers & seniors en danger face au glaucome

Compte tenu du vieillissement de la population, le glaucome est appelée à se développer dans les années à venir. D'où le lancement d'une grande campagne nationale de dépistage et d’information intitulée « Glaucome, faites vous dépister pour préserver votre vue », menée par le comité de lutte contre le glaucome (CLG) avec le soutien d’un fabricant de collyres Alcon France.


Une campagne nationale de dépistage

Pr. Jean-Philippe Nordmann
400 000 Français vivraient en 2005 avec un glaucome sans le savoir, tandis que 700 000 sont dépistés et traités indiquait lundi dernier le CLG lors d’une conférence de presse. « Cette maladie de l’œil survient dès l’âge de 40 ans », explique le Pr. Jean-Philippe Nordmann. « Si elle n’est pas prise en charge à temps, elle peut rendre aveugle. Et pourtant de simples tests, rapides et indolores permettent de déceler le glaucome, d’instaurer un traitement et de retarder, voire d’arrêter totalement la progression de la maladie ».

C’est pourquoi le Comité de Lutte contre le Glaucome (CLG) a décidé d’organiser cette première campagne nationale de dépistage et d’informations sur le glaucome, qui est une maladie grave et méconnue du nerf optique. Ainsi, pendant un mois, un camion équipé de tout le matériel pour effectuer un premier diagnostic sillonnera une grande partie de la France pour proposer un dépistage gratuit de la maladie. Il s’arrêtera dans six grandes villes*.

Le public pourra se rendre dans le camion afin d’y effectuer un dépistage du glaucome gratuit. Il se fera par la mesure de la tension oculaire et du champ de vision. En effet, dans la majorité des cas, le glaucome est lié à une augmentation anormale de la tension à l’intérieur de l’œil. Des orthoptistes mesureront cette tension en moins de trois minutes à l’aide de plusieurs appareils fonctionnant simultanément. Au vu des résultats, l’orthoptiste pourra recommander une consultation chez l’ophtalmologiste.

De plus, la CLG mettra à disposition du grand public un livret d’informations sur la maladie, sur la façon dont elle se déclare et ses conséquences.

Et de préciser que cette campagne est activement soutenue par les mairies des différentes villes et relayée par une campagne d’affichage dans les pharmacies, chez les opticiens et dans les hôpitaux.

* Strasbourg – Place de la gare 20 et 21 mai ; Lyon – Place des Terreaux 24 et 25 mai ; Marseille – Plage du Prado (face av. Prado) 27 et 28 mai ; Bordeaux - Hémicycle des quinconces 3 et 4 juin ; Nantes – Place du commerce 7 et 8 juin et enfin Paris - 10 et 11 juin

Le glaucome, une maladie insidieuse…

Le camion du glaucome
Le glaucome est une maladie de l’œil liée à une élévation de la pression oculaire. Les valeurs normales de cette pression se situent entre 15 et 21 mmHg. Au dessus, la tension peut entraîner une dégradation du nerf optique et donc une altération progressive de la vision. Il n’existe aucun signal d’alerte permettant de déceler le glaucome. Il évolue sans aucun signe, ni douleur, ni perte de vision jusqu’au jour où le champ visuel se rétrécit. Il est déjà trop tard…

Pourtant cette maladie peut être dépistée et traitée efficacement. « C’est pourquoi il est important de pratiquer des tests de dépistage systématique surtout en cas d’antécédents familiaux » explique le Pr. Philippe Denis. « La myopie, l’ethnie, l’âge (10% des plus de 70 ans atteints) sont autant de facteurs de risque. L’ophtalmologiste est la seule personne à pouvoir dépister le glaucome, préciser son type et déterminer le traitement. Si le glaucome est dépisté à temps, son évolution peut être retardée efficacement. Dès 40 ans, de simples tests rapides et non douloureux permettent de déceler la maladie et de mesurer son étendue. Les traitements à base de collyres sont contraignants car ils doivent être suivis à vie alors qu’on ne ressent aucune anomalie. C’est la raison pour laquelle beaucoup de malades oublient ou interrompent leur traitement. Pourtant une parfaite observance est nécessaire : c’est le seul moyen de retarder l’évolution de la maladie ».

Comme le souligne Professeur Jean-Paul Renard – secrétaire générale de la Société Française d’Ophtalmologie (SFO), « Le glaucome représente la deuxième cause des cécités dans le monde. L’âge moyen de la population augmentant, la fréquence des glaucomes va s’accentuer dans les années à venir. Mêmes traités, certains glaucomes continuent à s’aggraver. Il s’agit principalement des formes cliniques découvertes tardivement. Ces données soulignent l’intérêt du dépistage précoce du glaucome dans lequel s’inscrit la campagne du Comité de Lutte contre le Glaucome ».

Les traitements actuels

Accueil et information à l'intérieur du camion
Actuellement, il existe trois méthodes pour traiter le glaucome.

Les collyres permettent selon leur composition de diminuer la quantité de liquide produite ou d’augmenter la quantité de liquide évacué. Ces préparations liquides doivent être administrées directement dans l’œil une à plusieurs fois par jour, à heures fixes. Les collyres peuvent entraîner des effets secondaires d’ordre généraux, asthme, maladies cardio-vasculaires, ou des effets locaux, rougeur des yeux par exemple.

Le traitement par laser peut être envisagé pour diminuer la production de liquide ou faciliter son évacuation. Cette opération n’est pas définitive, si la pression oculaire remonte, il faudra recommencer le traitement.

Si les collyres ou le laser ne donnent pas de résultat probant, la chirurgie peut être pratiquée. C’est une chirurgie dite filtrante car on crée une soupape qui facilite le drainage du liquide.

Toutes ces techniques ne permettent pas de recouvrer la vision perdue mais préviennent les pertes futures. Le point commun de ces traitements est qu’ils luttent contre l’augmentation de la pression oculaire.

Dix conseils du Comité de lutte contre le glaucome

Salle de contrôle dans le camion
· Faites contrôler votre vue régulièrement après 45 ans.

· Dès 40 ans, si un membre de votre famille a un glaucome, consultez.

· Effectuez, après votre première visite, une visite tous les deux ans.

· Prenez le traitement prescrit par votre médecin même si vous ne ressentez aucune douleur et respectez les horaires recommandés par votre médecin.

· Respectez le nombre des instillations de collyre indiqué sur votre ordonnance.

· Certains médicaments peuvent être contre indiqués en cas de glaucome, lisez attentivement les notices explicatives.

· Evitez le tabac et l’excès de café qui entraînent une augmentation temporaire de la pression oculaire.

· Renseignez vous auprès de votre médecin sur votre handicap visuel et les risques encourus par la conduite automobile.

· L’évolution du glaucome n’est pas inéluctable si elle est prise à temps. Pensez–y !

· Consultez un ophtalmologue. Lui seul peut dépister, préciser le type de glaucome et prescrire un traitement.


Publié le Mardi 2 Août 2005 dans la rubrique Santé | Lu 7493 fois