Sommaire
Senior Actu

Biatain-Ibu : un pansement révolutionnaire intégrant de l’ibuprofène

Le laboratoire Coloplast a présenté en France le mois dernier une véritable innovation en matière de soins de plaie : Biatain-Ibu, un pansement contenant un principe actif antalgique qui a été développé afin de soulager la douleur des plaies chroniques causée par la destruction tissulaire, grâce à la libération prolongée d’ibuprofène directement dans la plaie.


Biatain-Ibu : un pansement révolutionnaire intégrant de l’ibuprofène
Les plaies chroniques douloureuses, telles que les ulcères de jambes, les ulcères du pied diabétique ou les escarres, sont un problème fréquent mais néanmoins sous-estimé. Ainsi, en Europe, plus de 10 millions de personnes sont atteintes de ce type de plaies au cours de leur existence.

Rappelons que les plaies chroniques sont des plaies qui demandent plus de trois mois de cicatrisation. Mais cela peut durer parfois plus longtemps : certaines n’ont toujours pas guéri après plusieurs années. Durant tout ce temps, la douleur est une constante pour de nombreux patients qui confient eux-mêmes vivre dans d’« atroces souffrances ». Cette douleur entraîne des insomnies, les empêche de s’alimenter et réduit largement leur mobilité. Dans un certain nombre de cas, elle conduit même à la dépression.

C’est pour ces patients que ce laboratoire (filiale française du groupe danois Coloplast) a développé le Biatain–Ibu. Fidèle aux caractéristiques des autres pansements de la gamme Biatain, Biatain–Ibu absorbe et retient les exsudats favorisant ainsi la cicatrisation en milieu humide. En même temps, il diffuse localement, dans la plaie, de l’ibuprofène, un des antalgiques les plus efficaces et les plus sûrs, sans effets systémiques observés, permettant ainsi d’éviter d’éventuels effets secondaires. .../...

Mme Bouilliez, une patiente de 80 ans, qui souffre d’ulcères de jambe depuis quatre ans a perdu près de 40 kilos à cause de ses ulcères et des effets secondaires des traitements morphiniques qu’elle prenait pour soulager sa douleur. Elle confie même avoir « cru y passer ». Elle affirme que ce nouveau traitement l’a sauvée : « J’arrive à marcher, à faire ce que je veux, à manger et tout le reste ». Mme Briaval, infirmière au Centre hospitalier d’Arras, qui soigne la vieille dame, explique qu’elle « suivait Mme Bouilliez pour ses problèmes d’ulcères depuis plusieurs semaines déjà. La patiente prenait de la morphine à des doses importantes avec des problèmes de constipation qu’il fallait traiter également. Elle était limitée dans ses activités et ne pouvait plus sortir de chez elle. Le fait de lui prescrire ce médicament a complètement transformé sa vie : on a pu diminuer les doses de morphine et elle a pu être plus mobile, sortir de chez elle. C’est vrai que ça fait très plaisir ».

Quelques une des premières études cliniques de Biatain–Ibu ont été réalisées par Gary Sibbald, professeur associé de médecine interne à l’Université de Toronto et un des spécialistes reconnus du soin des plaies. Au vu des résultats observés, il confie : « Nous avons été réellement impressionnés par ce produit qui enrichit notre arsenal thérapeutique d’un nouveau pansement combinant le soin de la plaie et le contrôle de la douleur, c’est-à-dire une approche centrée sur le patient. Il apporte réellement un double bénéfice, à la fois en terme de traitement local de la plaie et d’attention portée au patient ».

Intégralement remboursé LPPR pour les patients au régime général qui bénéficient d’une couverture complémentaire (Séc.Soc. 65% + complémentaire 35%) et pour les patients en ALD (Séc. Soc. 100%).

Biatain-Ibu remboursé pour le traitement des escarres et ulcères

• 10 cm x 12 cm (bte de 16) : tarif LPPR 52,83 euros
• 15 cm x 15 cm (bte de 10) : tarif LPPR 61,91 euros
• 10 cm x 22,5 cm (bte de 10) : tarif LPPR 61,91 euros


Publié le Jeudi 30 Novembre 2006 dans la rubrique Santé | Lu 7015 fois