Sommaire
Senior Actu

Belgique - Conséquences de la canicule et orientations gérontologiques en Wallonie


Interview Thierry Detienne, Ministre des Affaires sociales
et de la Santé de la Région wallonne.

Il ne semble pas y avoir eu de surmortalité en Belgique cet été, malgré la canicule, quelles en seraient les causes ?

Tout d’abord, il est avéré que certaines régions de France ont été plus touchées que les nôtres par les fortes températures de cet été. Mais dans l’ensemble, il apparaît malgré tout que le réseau des services et institutions pour personnes âgées est plus dense en Belgique qu’il ne l’est en France. Les normes d’encadrement de personnel sont supérieures et nous avons opéré une diversification de l’offre qui permet aux personnes de trouver plus facilement une solution qui leur convient (exemples : centres d’accueil de jour, court-séjour, ou l’expérience pilote d’accueil de nuit.) C’est sans doute pourquoi nous avons été moins pris au dépourvu.

Par ailleurs, je remarque qu’il est fréquent que des personnes âgées françaises doivent se rendre en Wallonie pour trouver des réponses à leurs besoins. Ainsi, on recense 2 000 ressortissants français dans les maisons de repos en Région wallonne, soit près de 5 % des lits existants. Nous les accueillons volontiers, d’autant que l’Etat français intervient financièrement. Mais cette situation témoigne manifestement d’un malaise. Le même phénomène se constate dans les institutions pour personnes handicapées où l’on recense plus de 2 800 résidents français en Wallonie.


Lors du 1er Forum wallon sur les vieillesses des 4 et 5 juin 2003 à Namur, vous avez centré les débats sur les politiques innovantes en gérontologie, quelles sont les conclusions de ce Forum ?

Je pense que trois grands axes se sont dégagés de ces deux journées. Premièrement, les personnes âgées et les associations qui les représentent veulent participer au débat sur les choix de demain qui les concerne. Elles demandent aux responsables politiques de les considérer comme des interlocutrices à part entière. Une autre conclusion est que nous devons poursuivre notre travail de diversification et la souplesse des services offerts pour mieux coller à la demande des personnes. Et enfin, les liens de solidarité entre générations doivent être soutenus par les pouvoirs publics pour que les opinions soient mieux préparées aux efforts nécessités par le vieillissement de la population.

Quelles sont vos grandes orientations au niveau politique gérontologique pour la Région wallonne ?

La reconnaissance et le renforcement des professions en contact avec les personnes âgées notamment par des campagnes grand public et la promotion de la formation continue. La mise en réseau de tous les intervenants professionnels des secteurs socio-sanitaires actifs au domicile des personnes âgées. La mise en conformité aux normes de sécurité et de bien être des bâtiments d’hébergement. La poursuite de la diversification de l’offre (diversification qui est toujours en marche puisque 500 places de courts séjours vont, par exemple, être ouvertes en 2004 en Région wallonne.) Et puis, je suis convaincu que priorité doit être donnée pour la prochaine législature à la mise en place d’une assurance autonomie.


Publié le Vendredi 14 Novembre 2003 dans la rubrique Divers | Lu 1529 fois