Sommaire
Senior Actu

Banques Alimentaires : aider les personnes âgées les plus démunies à mieux se nourrir

Conscientes qu’une bonne alimentation favorise le « bien vieillir » et permet de « lutter contre l’exclusion », les Banques Alimentaires, dont la collecte annuelle nationale aura lieu les 24 et 25 novembre prochains, vont profiter de ces deux journées pour mettre en avant le message phare de leur dernier congrès : « Ensemble, aidons l’homme à se restaurer ».


Cette année encore, la collecte des Banques Alimentaires n’aura que deux jours pour battre des records de générosité. Cependant, pour cette nouvelle édition, les organisateurs de cette grande quête nationale vont tenter, non seulement de donner à manger aux plus démunis mais également de tendre vers l’objectif de « mieux les nourrir ».

En effet, une récente étude de l’Inserm a analysé la contribution en coût et en apports caloriques des principales familles de produits distribuées par la Fédération française des Banques Alimentaires (FFBA). Il en est ressorti que « les aliments recommandés dans le cadre d’une alimentation équilibrée sont les sources d’énergie les plus onéreuses (viandes, poissons entre autres). En revanche, ces aliments ont un apport calorique moindre que les féculents et les produits gras et sucrés ».

Dans ce contexte, les Banques Alimentaires ont constaté que leurs distributions se composaient de trop de produits sucrés, salés ou gras, de fromages (17 %) et de féculents raffinés (pâtes, riz, semoule) mais étaient trop pauvres en poissons, fruits et légumes. .../...
Banques Alimentaires : aider les personnes âgées les plus démunies à mieux se nourrir

Une préoccupation d’autant plus cruciale que l’étude sur l’Alimentation et l’état nutritionnel des bénéficiaires de l’aide Alimentaire (ABENA), rendue publique en mars dernier, confirme l’expérience acquise sur le terrain par les acteurs de l’aide alimentaire : l’impact d’une mauvaise nutrition sur la santé des plus démunis. Risques cardiovasculaires, diabète et obésité, autant de pathologies qui touchent les populations déjà les plus fragilisées.

Or, il faut savoir que chaque année, les personnes âgées sont plus nombreuses à faire appel à ce type d’aide, qui est utilisée comme un complément de revenu en nature qui leur permet de suppléer les dépenses croissantes liées à l'énergie ou le logement.

Cet objectif qualitatif (« mieux se nourrir fait partie intégrante de la lutte contre l’exclusion ») passe par un meilleur équilibre nutritionnel des produits distribués mais aussi par le développement de formes différentes d’accueil des personnes démunies. Pour ce faire, les Banques Alimentaires, en partenariat avec leurs fournisseurs agroalimentaires, cherchent à obtenir gratuitement des produits diversifiés de grande qualité nutritive.

Par ailleurs, dans la logique de développement des accompagnements et du suivi, les banques ont mis en place des formations à destination des bénévoles (dont beaucoup de seniors) à l'accueil et à l'écoute pour mieux s'occuper des personnes démunies ou exclues. Elles mettent notamment en place des ateliers "cuisine" ou des formations nutritionnelles pour pallier le déficit en locaux adaptées des associations caritatives locales, mais aussi pour diffuser les bonnes pratiques alimentaires (les personnes démunies et les exclus en général sont plus touchées par les maladies telles que l'obésité, le diabète, les risques cardiovasculaires.

« C’est en mutualisant les compétences de chacun que les Banques Alimentaires développeront de manière optimale l’ensemble de ces actions » conclut Pierre de Poret, président de la Fédération Française des Banques Alimentaires.

9.340 tonnes de denrées données aux 90.000 bénévoles mobilisés dans quelques 8.000 points de collecte en France : ces chiffres de la collecte nationale 2005 sont révélateurs de la diversité des actions menées tout au long de l’année dans les Banques Alimentaires.

A l’intersection de l’économique et du social, ces actions sont le point de rencontre entre les bénévoles et les associations distributrices d’une part, les fournisseurs agroalimentaires, les entreprises, les pouvoirs publics et le grand public d’autre part, en particulier lors de ce dernier week-end de novembre.

Site Internet des Banques Alimentaires


Publié le Vendredi 10 Novembre 2006 dans la rubrique Social | Lu 5504 fois