Sommaire
Senior Actu

Australie – Une alimentation riche en poisson pour éviter de développer certains cancers (étude)


Une consommation régulière de poisson permettrait de réduire les risques de cancers des systèmes lymphatique et hématopoïétique dont la leucémie, de lymphome non hodgkinien et de myélome*, révèle une étude australo-canadienne publiée en mars dans la revue Cancer Epidemiology Biomarkers & & Prevention.

Les chercheurs connaissaient déjà les effets bénéfiques d’un régime à base de poissons sur les cancers du sein, du colon et de la prostate. Mais l’étude menée conjointement par l’Université de l’Ouest australien et la fondation de recherches contre le cancer de Manitoba au Canada va plus loin en démontrant que le poisson possède bien d’autres atouts.

Grâce à l’analyse des habitudes alimentaires de 6 800 Canadiens et en tenant compte des facteurs d’ordre personnel tels que le sexe, l’âge, la consommation de tabac et l’indice de masse corporelle, les scientifiques ont pu mettre en exergue la corrélation entre la quantité de poisson ingérée et la diminution des risques de tumeurs.

Plus la proportion d’apports énergétiques venant du poisson est importante, moins les risques de cancers sont grands. Cette constatation vaut pour les trois cancers mais surtout pour la leucémie et le lymphome non hodgkinien.

De plus, chez les sujets dont les apports lipidiques viennent essentiellement du poisson, les risques se voient encore diminués de 37% pour les tumeurs des systèmes lymphatique et sanguin et de 45% pour la leucémie.

*La lymphe est un liquide organique incolore ou ambré dont la composition est comparable à celle du plasma sanguin.

Le système hématopoïétique regroupe les organes où se forment les cellules (moelle osseuse, …)

Le lymphome est une prolifération cancéreuse qui se manifeste dans le tissu lymphoïde, notamment dans les ganglions lymphatiques. Il se divise en deux catégories : la maladie de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien (LNH). Celui-ci apparaît lorsqu’il y a une multiplication anarchique de cellules immunitaires (lymphocytes) malignes ou cancéreuses, ce qui altère la fonction cellulaire et la capacité de l’organisme de lutter contre les infections.

Le myélome est une tumeur, souvent cancéreuse, de la moelle osseuse.


Publié le Mercredi 7 Juillet 2004 dans la rubrique Santé | Lu 917 fois