Sommaire
Senior Actu

Australie – Manque de main d'oeuvre d'ici 2010 pour cause de vieillissement de la population

Le vieillissement de la population australienne devrait entraîner un manque permanent de main d’œuvre dans certaines industries d’ici 2010, selon un récent rapport intitulé « The Age Chasm – successfully managing age in your organisation » et rédigé par le géant du recrutement, Drake International.


« Si vous n’avez pas les ouvriers, vous ne pourrez pas produire » assène le responsable national du marketing de chez Drake, Andrew Dingjan. Selon cette étude portant sur 475 sociétés, les deux tiers d’entre-elles (66%) sont déjà confrontées à des problèmes de recrutement, notamment dans certains domaines tels que l’automobile, l’éducation, la santé, les transports et le secteur de la distribution.

Pour Drake, cette tendance devrait augmenter dans les cinq prochaines années, compte-tenu de la baisse du taux de natalité et du niveau actuel de l’immigration. « Cela pourrait aboutir à un manque permanent de main d’œuvre. Les nouveaux arrivants sur le marché du travail déclinent alors qu’une première vague de baby-boomers va commencer à prendre sa retraite » ajoute M. Dingjan.

Le monde du travail doit prendre conscience de cette révolution démographique. Face à cette situation, Drake conseille aux entreprises de se pencher d’urgence sur cette problématique, d’analyser la répartition par âge de leurs salariés, de les inciter à rester en poste, même passé l’âge légal de la retraite et de créer des environnements de travail « senior friendly » le plus tôt possible. « Nous estimons qu’en 2012, 85% de la main d’œuvre aura 45 ans et plus, contre 32% en 1992. Ce phénomène va se développer en une vingtaine d’années, c’est dire si le vieillissement est rapide ».

Pour Louise Rolland, professeur à l’Université de Melbourne, spécialisée sur les problèmes de vieillissement dans l’emploi, les entreprises doivent se pencher sur l’aménagement des locaux et réfléchir à des compensations non financières.

« Des nos jours, le salaire n’est plus l’unique motivation des employés. Certaines études montrent que ce ne sont pas forcément les entreprises qui paient le mieux qui ont les meilleurs salariés ». Des horaires flexibles, une bonne culture d’entreprise, un bon équilibre entre vie privée et bureau, des programmes de formation, des gardes d’enfants, etc. sont des critères très recherchés par les candidats, précise-t-elle. « Les entreprise qui pourront offrir des tels avantages seront plus compétitives sur le marché du travail et moins exposées au pressions salariales » conclut-elle.

Aux Etats-Unis, un récent rapport engage l’Administration américaine -qui risque de se retrouver prochainement en lutte avec le secteur privé pour le recrutement de ses futurs salariés- à suivre les mêmes conseils afin d’attirer, mais aussi de retenir, ses meilleurs fonctionnaires.
© Senioractu.com 2005


Publié le Jeudi 10 Février 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 2614 fois