Sommaire
Senior Actu

Augmentation des risques cardiovasculaires pour les femmes vivant en zones polluées

Une récente étude réalisée par l’Université de Washington (nord-ouest des Etats-Unis) sur des femmes de plus de 50 ans en bonne santé vivant dans des zones où l’air est pollué, montre que ces personnes courent plus de risques de développer une maladie cardiovasculaire et d’en mourir.


Cette grande enquête portant sur quelques 65.000 femmes de 50 à 79 ans vivant dans 36 zones urbaines américaines pourrait très probablement s’appliquer également aux hommes, souligne le docteur Joel Kaufman, expert en matière de santé environnementale, en charge de cette étude parue le 1er février dans la revue spécialisée New England Journal of Medicine.

Ce n’est pas la première fois qu’une étude établit en lien entre la pollution atmosphérique et les affections cardiovasculaires, mais cette enquête est la première ayant examiné spécifiquement l’apparition de ces pathologies chez des sujets préalablement sains, en relations avec le niveau de particules polluantes dans l'environnement. « La plupart des précédentes recherches étaient rétrospectives, elles se basaient sur l’analyse des certificats de décès. Elles estimaient les degrés d’exposition à la pollution de manière post-mortem », précise le Dr Kaufman.

Dans ce cas précise, lLes scientifiques ont comptabilisé, au cours de ces neuf ans, les femmes ayant été victimes d’attaques cardiaque ou cérébrale, celles qui subissaient un pontage coronarien ou décédaient à cause d'une maladie cardiovasculaire. Ils ont ensuite établi des relations entre ces données médicales et les niveaux moyens de pollution de l'air extérieur près de l'endroit où les sujets habitaient. « Les résultats montrent que la ville et l'endroit dans cette ville où une femme a vécu affecte le degré d'exposition à la pollution et son risque de développer des problèmes cardiovasculaires », explique l’une des auteurs de cette étude. .../...
Augmentation des risques cardiovasculaires pour les femmes vivant en zones polluées

Plus concrètement, les chercheurs ont mis en évidence que plus le niveau de pollution est élevé, plus les risques de développer des maladies cardiovasculaires sont accrus et ce, dans une proportion beaucoup plus importante que ce que l’on a pu croire jusqu’à maintenant.

Ainsi, une hausse de 10 unités de particules polluantes dans l’air augmente les risques d’attaque cardiaque de 24% et les risques de décès du à des maladies cardiovasculaires de 76%, après avoir pris en compte d'autres facteurs comme l'hypertension artérielle, le taux de cholestérol et le fait de fumer.

L'unité de fines particules (PM2.5 en anglais) est mesurée en microgrammes (un millionième de gramme) par mètre cube d'air. Les villes retenues dans cette étude avaient des niveaux moyens de fines particules de pollution allant de 4 à près de 20 microgrammes par mètre cube. Ces particules sont formées de suie ou de poussière provenant d'une variété d'origines comme les gaz d'échappement automobiles, les fumées des centrales électriques au charbon, les rejets industriels et les cheminées de résidence brûlant du bois.

« Si le taux moyen annuel de concentration de ces particules de pollution dans l'air peut être réduit, cela pourrait potentiellement éviter des milliers d'attaques cardiaques et cérébrales, sans oublier les décès prématurés », estime l'étude.

Même si ces données mettent en évidence de manière flagrante le lien entre ces fines particules contenues dans l’air et les problèmes cardiovasculaires, les chercheurs avouent ne pas encore savoir comment agissent ces particules, et comment elles peuvent nuire, à faible dose et attaquer si vigoureusement le cœur. « Nous ne savons pas vraiment comment cela fonctionne, nous devons nous pencher sur le sujet » estime le Dr Kaufman. « Nous ne savons pas également, parmi ces particules, qu’elles sont les pires ».

Pour aller plus loin, lire aussi :
Risque cardiovasculaire augmenté chez les seniors à cause de la pollution atmosphérique
Pollution : un véritable danger pour les seniors de plus de 65 ans


Publié le Vendredi 2 Février 2007 dans la rubrique Santé | Lu 3379 fois