Sommaire
Senior Actu

Au Québec, l'Ordre des pharmaciens lutte pour que les résidents puissent choisir leur professionnel de santé

L'Ordre des pharmaciens de la province du Québec au Canada, rappelle dans un récent communiqué « qu'il poursuit sans relâche, depuis plus de deux ans, ses interventions pour que cessent des pratiques inacceptables pouvant priver les personnes âgées en résidences privées de leur droit de choisir leur professionnel de la santé ».


Et d’indiquer que « l'Ordre prend ses responsabilités, à la hauteur de ses pouvoirs d'enquête », affirme le président en exercice, monsieur Jean-Yves Julien. Or, dans ce dossier, différents acteurs sont concernés. « Il faut être deux pour danser , insiste monsieur Julien, en précisant que l'Ordre n'a aucun pouvoir d'intervention directe sur les entreprises telles que les résidences privées. Qu'elles en soient conscientes ou non, les résidences qui sollicitent les pharmaciens ont aussi une responsabilité à l'égard de leurs résidents ».

« L'Ordre se bat depuis plus de deux ans maintenant afin d'obtenir des pouvoirs plus vastes en matière d'enquête et d'inspection » et se dit « contraint d'aller en Cour suprême pour en faire reconnaître la nécessité ». Et d’ajouter qu’une « requête en ce sens sera déposée dans les prochains jours, en même temps que celle du Procureur général du Québec, à cause de l'impact significatif qu'elle pourrait avoir sur les pouvoirs d'enquête des syndics de toutes les professions au Québec ».

Cette organisation de pharmaciens « estime que l'une des solutions à la situation dans les résidences privées pour aînés repose sur l'instauration d'un permis et d'une accréditation de ces résidences. L'Ordre participe d'ailleurs au comité du ministère de la Santé et des Services sociaux qui se penche depuis quelques mois sur la question : une surveillance doit être faite dans les résidences ».

« L'Ordre a offert toute sa collaboration pour faire respecter les droits des aînés », déclare M. Julien. L'appui de cette organisation à ce sujet, a été réitéré récemment dans une lettre adressée au ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Philippe Couillard.

Rappeler les faits : des actions passées et à venir

L'Ordre rappelle également que sa direction des enquêtes a saisi la Commission des droits de la personne depuis près d'un an de la situation vécue dans les résidences. Aussi, en plus des enquêtes et des avis écrits aux pharmaciens, l'Ordre des pharmaciens a sollicité la collaboration de plusieurs organismes représentant les aînés, notamment le Conseil des aînés, la FADOQ – Mouvement des aînés du Québec et l'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, en vue de développer des stratégies et
recourir à des moyens communs. L'objectif ultime est de faire cesser les pratiques inacceptables pouvant restreindre le libre choix de son professionnel de la santé.

Le président de l'Ordre, monsieur Jean-Yves Julien, conclut : « la position des administrateurs et administratrices du Bureau de l'Ordre dans ce dossier est ferme et unanime ; tout doit être mis en oeuvre pour préserver l'intérêt public. L'Ordre poursuit donc le travail en ce sens. »


Publié le Mardi 14 Juin 2005 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 1781 fois