international

Au Japon, les parents âgés sont pris en charge par des réseaux associatifs


Le vieillissement de la population japonaise, l’éclatement de la cellule familiale et l’éloignement des enfants qui partent travailler dans les grandes villes, tous ces facteurs accentuent l’isolement des personnes âgées. Afin de pallier l'absence de leurs proches, des associations prennent en charge ces aînés isolés contre de très menus services ou un échange de bénévolat.


Au Japon, les parents âgés sont pris en charge par des réseaux associatifs
De nombreux japonais –qui sont maintenant âgés d’une soixantaine d’années- ont fait leur vie dans les grandes agglomérations nippones alors que leurs parents, pour la plupart octogénaires voire plus, sont restés dans les villages. Naturellement, cet éloignement géographique rend difficile les visites régulières.

C’est le cas par exemple, d’une jeune retraitée qui vit actuellement à Tokyo, à un millier de kilomètres du village de sa mère qui est âgée de 85 ans, indique un récent article du Japon Times. Son père est décédé en 2001. A l’époque, elle a bien tenté de convaincre sa maman de venir s’installer avec elle dans la capitale, mais la vieille dame a refusé, préférant rester dans sa petite commune. Inquiète à l’idée de la laisser seule trop longtemps –elle ne lui rend visite que tous les mois-, elle a découvert en janvier 2003, qu’une association rend visite aux personnes âgées moyennant une faible compensation financière ou même, contre du bénévolat.

La structure associative téléphone tous les matins à la maman afin de vérifier que tout va bien. Régulièrement, l’un des bénévoles vient s'occuper de la vieille dame. En contrepartie, cette dernière, en plus des 3.50 euros d’abonnement mensuel, doit réaliser pour le compte de l’association des cartes postales peintes à la main. Au final, les personnes âgées sont heureuses de se rendre utiles, d’avoir un but dans leur journée et n’ont pas l’impression d’être une " charge " puisqu’elles réalisent des petits objets pour « compenser » le fait que quelqu’un s’occupe d’elles.

De son côté, afin de « rendre la pareille », la fille a intégré une association tokyoïtes qui visite elle aussi, les personnes âgées dont les enfants vivent trop loin pour venir leur rendre visite régulièrement.
Lu 11385 fois
Publié le Mercredi 1 Février 2006




Réagir à cet article :


1.Posté par Djeufack Roger le 15/07/2006 14:06
Je suis le Président de l'Association 'VIEILLARDS-SANTE-DEVELOPPEMENT'(VI.SA.DE)
basée au Cameroun B.P: 442 Dschang Tél +237 961 51 30 .
Notre mission principale est l'encadrement sociale et sanitaire à domicile des personnes âgées.depuis le premier octobre 2001nous encadrons reguliérement environ 312 personnes âgées par an.
Nous souhaitons vivement collaborer avec votre réseau.
Recevez nos sincères encouragements,pour l'accomplissement de votre noble et exaltante mission.
Pour le VI.SA.DE
Roger Djeufack

2.Posté par Danangue DOGOUMANGUE le 09/10/2006 20:31
Monsieur,

Ce fut un plaisir pour moi de vous avoir lu; en effet, je suis le Directeur général des personnes âgées au Togo; je viens juste d'être nommé et je me rends compte qu'il y a de grandes âmes comme vous vous qui se mettent au service des personnes âgées pour les aider à passer leur âge qui constitue pour elles des moments culminants de leur vie si seulement s'il y a quelqu'un à leur côté pour les aider et prendre soin de leurs besoins.

Je vous encourage dans ce sens et souhaite me metre en partenariat avec vous pour acquérir des expériences et pour échanges d'idées et de services.

Merci et à bientôt

Danangue DOGOUMANGUE
Directeur général des Personnes Agées
B.P. 1204
Lomé Togo