Sommaire
Senior Actu

Attention : les pertes de mémoires ne riment pas automatiquement avec démence

En cette 13ème Journée mondiale Alzheimer, une étude australienne pourrait rassurer certains angoissés : les petites pertes de mémoire dont on est victime en vieillissant ne signifient pas automatiquement que l’on développe une maladie neurodégénérative. Au-delà de 70 ans, neuf personnes sur dix s’imaginent atteintes de démence sénile alors que 43% pourraient avoir des raisons de s’inquiéter.


Passé un certain âge, la moindre petite perte de mémoire fait craindre le pire à de très nombreux aînés. Certes, la maladie d’Alzheimer est un véritable fléau qui touche 10% de la population au-delà de 65 ans et 30% des 80 ans et plus. Mais attention, ces « seniors moments » (trous de mémoire) comme les appellent les Anglo-saxons ne sont pas forcément synonymes de maladie neurodégénérative.

Selon une récente étude réalisée par l’Université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie, 88% des personnes âgées de 70 à 90 ans estiment être atteintes de problèmes cognitifs. Or, des tests menés par les scientifiques en charge de cette enquête ont montré que 43% des personnes interrogées présentaient une ou plusieurs altérations qui pouvaient être précurseurs de démence ou de maladie d’Alzheimer.

Pour simplifier, cette étude menée pendant quatre ans sur 1.000 personnes âgées de 70 à 90 ans, récemment présentée à Sydney (Australie) lors du Congrès international de neuropsychiatrie, montre qu’une très grande majorité de seniors s’angoissent quant à leurs capacités cognitives alors qu’elles ne devraient pas.

Pour la responsable de ce projet, citée dans un article du quotidien local The Australian « les aînés sont nombreux à confondre les évolutions normales du cerveau qui surviennent en vieillissant, avec le déclin vers la démence. Ce que les gens s’imaginent leur arriver et ce qui leur arrive réellement, est très très différent ». Et de conclure que d’une manière générale, « les individus ne sont pas les meilleurs juges en ce qui concerne leur propre santé mentale ».

Comme le soulignent par ailleurs des experts espagnols d'Alzheimer, la perte de mémoire peut-être l’un des premiers symptômes d’une maladie neurodégénérative, mais ils précisent également que certaines situations de stress, d’angoisse ou de dépression peuvent conduire à des pertes de mémoire momentanées.

Selon eux, il est donc important de distinguer les pertes de mémoire dues à Alzheimer, des oublis dus au vieillissement naturel du cerveau. Dans ce dernier cas, la personne perd les détails d’un évènement, mais avec Alzheimer, des pans entiers d’évènements disparaissent. Généralement, une personne âgée non atteinte d’Alzheimer se souviendra ultérieurement de ce qu’elle avait oublié, ce qui n’est pas le cas des maladies neurodégénératives.

En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un spécialiste avant de vous angoisser pour rien. Et puis n’oubliez pas que plus la maladie est détectée précocement, plus il y a des chances de freiner son évolution, de retarder la perte d'autonomie.
Attention : les pertes de mémoires ne riment pas automatiquement avec démence


Publié le Jeudi 21 Septembre 2006 dans la rubrique Santé | Lu 6730 fois