Sommaire
Senior Actu

Arcs-en-ciel et Maison urbaine : des maisons de retraite pour homosexuels à Montréal

Afin de répondre à une demande croissante de la part des retraités gays, des maisons de retraite réservées à cette communauté devraient voir le jour en 2007/2008 à Montréal (Québec), selon un récent article publié dans le quotidien en ligne La Presse.


On assiste depuis quelques temps à la multiplication des maisons de retraite communautaires : un établissement pour personnes âgées turques à Berlin (Allemagne), un autre pour les retraités chinois à Belfast (Irlande du nord), et des résidences ou des villages pour les seniors gays aux Pays-Bas, en Espagne, aux Etats-Unis, en Allemagne et bientôt au Québec.

Arcs-en-ciel : ce premier projet est l’œuvre de Renaud Paré, 67 ans, qui a fondé en décembre 2000 à Montréal l’Association des aînés et retraités de la communauté (ARC). Cet organisme qui jusqu’à maintenant organisait surtout des activités de loisirs afin de permettre à des aînés gays de sortir de leur isolement, a désormais pour objectif la création d’une résidence pour personnes âgées homosexuelles, ouverte également aux hétéros.

« Dès la première année de son existence, des membres de l’ARC ont commencé à parler d’une coopérative d’habitation pour aînés gays . Plusieurs personnes de l’association ne se voyaient pas finir leur jour, seul gay dans une résidence, forcé à cacher son orientation sexuelle. Même si quelques-uns parmi nous ont eu des enfants, nous sommes conscients que nous ne devons compter sur nous-mêmes. Nous avons donc commencé à chercher des endroits pour finir nos jours dans la quiétude, des endroits où il y aurait d’autres gays qui pourraient nous aider et avec lesquels nous pourrions partager nos états d’âme » souligne Renaud Paré dans la présentation de son projet qui devrait voir le jour dans le quartier Rosemont de Montréal.

Cette résidence d’un coût de 12 millions de dollars canadiens, soit environ 7.7 millions d’euros devrait être financée en partie par des fonds publics précise l’article de la Presse : ville de Montréal et gouvernement provincial. La moitié des logements devrait être réservée aux personnes à revenus modestes. .../...
Maison urbaine à Montréal

Ce genre d’initiative n’arrivant jamais seule, un promoteur immobilier local, lui-même issu de la communauté gay, André J. Saindon, a décidé de se lancer également dans la construction de maisons de retraite pour homosexuels à Montréal, avec son projet Maison urbaine. Selon M Saindon, les futurs premiers clients de sa résidence Papineau –en plein quartier gay- sont des retraités homosexuels ayant été victimes de marginalisation dans les résidences hétéros.

Les 42 logements proposés vont du studio au deux ou trois pièces. De nombreux services sont également accessibles aux résidents (salle de sport, sauna, salon de coiffure, café Internet, etc.) Un des étages a par ailleurs été construit pour éventuellement accueillir les retraités nécessitant des soins de longues durées.

Les loyers débutent à 1 025 dollars canadiens par mois (soit 660 euros). Ce montant comprend le gaz, l’électricité, le chauffage et l’eau chaude. « Tous les locataires bénéficient également des nombreux services de Maison Urbaine Papineau dont le spa, le gym, le sauna, la bibliothèque et la salle de billard » précise le site Internet.

M. Laidon envisage également la construction d’une résidence pour femmes. « Par expérience, les gais et les lesbiennes ne font pas nécessairement bon ménage. C'est vrai, on a une cause commune, mais on a également plusieurs différences. Il faut savoir les prendre en considération », précise André Saindon dans un article du Devoir, journal québécois.

A terme, d’autres résidences sont prévues sur le reste du territoire canadien (Toronto, Vancouver, Calgary) et même vers les Etats-Unis, notamment à San Francisco, ou au Mexique.

Et M. Saindon de se défendre de ghettoïser ses résidents : « Les gens qui vivent dans les résidences hétéros savent à quoi s'attendre. On ne leur impose rien. On désire offrir la même possibilité aux gais, soit de poursuivre leur vie dans leur communauté, en paix et dans la quiétude


Pour aller plus loin, lire aussi :
Seniors homosexuels : discrimination et négligence dans la santé et les services sociaux
Billie Jean King : création de centres de fitness dans des communautés de retraités gays
Pays-Bas - Un commissariat se transforme en maison communautaire pour seniors gays


Publié le Jeudi 4 Janvier 2007 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 8301 fois