Sommaire
Senior Actu

Ar’toit 2 générations : le logement senior/étudiant disponible dans le Nord-Pas-de-Calais

Après Paris, Rouen, Montpellier, Nîmes, Nantes, Grenoble/Lyon ou encore Bordeaux, c’est au tour de la région Nord-Pas-de-Calais d’être touchée par l’initiative originale de l’habitat étudiant/personne âgée. Depuis septembre dernier, à Arras, Ar’toit 2 générations propose à des étudiants un hébergement gratuit chez des personnes âgées, en contrepartie de quelques services.


Ar’toit 2 Générations , association de loi 1901, propose un hébergement aux étudiants post-bac chez des personnes âgées valides de plus de 60 ans qui désirent partager leur quotidien, en échange de quelques menus services. L’association souhaite couvrir le bassin de l’université d’Artois : Arras, Douai, Lens, Liévin, Béthune...

Tout a commencé par la lecture d’un article...

Ar’toit 2 générations : le logement senior/étudiant disponible dans le Nord-Pas-de-Calais
Créée en septembre 2005, Ar’toit 2 Générations est présidée par Nathalie Gheerbrant , ancienne présidente de la PEEP (association des parents d’élèves de l’enseignement public) à Arras, et gérée par Mélanie Hollander , étudiante en Master II à l’université d’Artois, qui a travaillé sur l’autonomie de la personne âgée.

C’est suite à la lecture d’un article de presse qui relatait l’histoire d’une association espagnole proposant à des personnes âgées de loger gratuitement, des étudiants en échange de menus services que Nathalie Gheerbrant a eu l’idée d’adapter et de développer cette formule originale à la France, avec en fond de toile le souvenir traumatisant de la crise sanitaire liée à la canicule 2003.

Elle a constaté que le phénomène d’isolement des personnes âgées dans le Nord existait même s’il était moins marquant que dans d’autres régions françaises. Par ailleurs, le problème de logement des étudiants est criant dans la région alors que ces derniers font des études de plus en plus longues. Pourquoi ne pas régler ces deux problèmes en réunissant ces deux générations sous un même toit, s’est-elle demandée.

Nathalie Gheerbrant a alors pris contact avec différentes organisations, dont l’association de coordination gérontologique d’Arras, qui l’a orienté dans ses démarches auprès des personnes âgées. Elle s’est aussi rapprochée de Christian Morzewski , vice-président de l’université d’Artois, qui a réellement été emballé par le projet. Confronté à une offre de logement assez limitée - la résidence universitaire ne compte que 80 places - alors que 20% des 2000 étudiants logent sur place. Ce système semble donc être une alternative intéressante pour lui.

Des binômes à la carte

Grâce à un partenariat avec l’Association de Coordination Gérontologique d’Arras/CLIC , une permanence recueille les demandes des étudiants et des personnes âgées.

L’intéressé téléphone ou se rend directement au bureau de l’association. Il reçoit des explications sur le service et un dossier à remplir et à retourner accompagné d’une lettre de motivation. Ce dossier comprend une charte à signer et un questionnaire, distinct selon le demandeur (personne âgée ou étudiant) : celui destiné à la personne âgée mentionne les caractéristiques du logement (surface, nombre de pièces...) et les services demandés : cuisiner, conduire, sortir les poubelles, s’occuper d’un animal domestique... alors que celui de l’étudiant, l'interroge sur les services qu’il souhaite proposer.

Après sélection, les étudiants sont reçus pour un entretien et une visite du lieu d’hébergement est effectuée. Les binômes sont constitués en fonction des affinités de chacun et des réponses à une attente.

Une première rencontre a lieu. S’il y a accord, les deux parties signent une convention qui les engage à respecter leurs obligations.

Tous les deux mois, une assistante sociale mise à disposition se rend au domicile de le personne âgée pour s’assurer du bon fonctionnement du binôme et du respect des engagements.

Pour ce faire, Ar’toit 2 générations est entourée de plusieurs partenaires : l’AGGA/CLIC est un partenaire logistique et opérationnel essentiel ; l’Université d’Artois, la ville d’Arras, le Conseil Général, la Communauté Urbaine d’Arras, la CAF sont des partenaires opérationnels ; La Banque Populaire du Nord soutient le projet.

L’adhésion est de 30 euros par an pour la personne âgée, de 10 euros par mois pour l’étudiant, avec le versement d’une caution de 100 euros par chèque non encaissé. La cotisation annuelle sert au financement des frais et au suivi du binôme.

De la théorie à la pratique

Le premier binôme s’est constitué le 14 septembre à Arras :

- Clément Callewaert, 18 ans, étudiant en 1ère année d’histoire à l’université d’Artois, dont la famille vit à Hazebrouck

- Colette Tréca, 86 ans d’Arras, qui vit dans la peur de tomber. Il ne trouvait pas de logements sur Arras, trop chers.

La présence de Clément rassure Colette. En échange, l’étudiant s’est engagé à lui rendre des petits services comme faire quelques courses, sortir les poubelles ou simplement discuter avec elle. De son côté, il bénéficie d’une chambre d’étudiant en plein cœur de la ville. Ses seuls frais : la participation aux charges et la cotisation de l’association.

Organisme porteur :
Ar’toit 2 générations
106 rue Anatole France
62223 Saint Nicolas les Arras (Nord-pas-de-calais)
Tél : 03.21.48.64.29
Fax : 03.21.48.29.29
Email
Contact : Gheerbrant Nathalie
 

Un premier roman sur la cohabitation intergénérationnelle est disponible en librairie

Mesdames, souriez est le premier roman d’une franco-américaine de 25 ans, Jessica L. Nelson, critique littéraire au Magazine Littéraire et à Vol de nuit. Un titre qui reprend une citation de Madame de Maintenon, « Mesdames, souriez afin que plus tard, vos rides soient bien placées ».

Mesdames, souriez se fonde sur les représentations réciproques de la jeunesse et de la grande vieillesse et montre que d’une proximité contrainte peut naître une vraie connaissance mutuelle.

Eté caniculaire 2003, un appartement de 80 m² dans le quartier du Marais à Paris, deux femmes, deux générations : Louisa Marie, étudiante de 20 ans, et, une vieille dame de 90 ans, dont le nom n’est pas dévoilé. Elles sont tenues par un testament de cohabiter ; 3 ans que cela dure. La montée des températures va faire voler en éclat une coexistence déjà tendue. Un affrontement qui se cristallise autour de leurs différences de mentalité, de leurs territoires et de leurs modes de vie.

Ce roman est une sociologie crue de la colocation entre étudiant et personne âgée, formule en plein essor en France depuis 2004 en raison de la pénurie de logement et de la solitude dans laquelle se trouve les aînés dans notre société.

Lauriers Verts de La Forêt des Livres - Prix de la Rentrée

« Mesdames, Souriez », de Jessica L. Nelson, Fayard, 206 p., 16 euros.


Publié le Jeudi 27 Octobre 2005 dans la rubrique Intergénération | Lu 11561 fois