Sommaire
Senior Actu

Angleterre – La pollution coûterait 10 ans de vie aux Londoniens


La pollution coûterait 10 ans de vie aux Londoniens c’est le bilan alarmant que dresse l’étude réalisée par le Kings College de Londres et dont les premiers résultats ont été publiés le 7 juin dans l’Evening standard.

Le Docteur Roy Colvile, spécialiste de la pollution à l’Imperial College de Londres, note avec réalisme que, par exemple, chez les personnes souffrant déjà de faiblesse cardiaques, la pollution peut tout simplement déclencher un infarctus.

Les experts craignent au minimum une hausse du nombre d’asthmatiques et des problèmes cardiaques et respiratoires. Sans aller jusqu’à des conséquences aussi extrêmes, le Dr Colvile ajoute que les Londoniens risquent de souffrir de petits soucis de santé tels que « le nez qui coule, et les personnes allergiques devront certainement prendre plus de médicaments. »
Les températures caniculaires de l’été 2003 ont contribué à des pics de pollution dans toutes les agglomérations européennes. A Londres, la pollution serait responsable de 1 600 décès prématurés et de 1 500 hospitalisations chaque année.

Gary Fuller, responsable d’étude sur la qualité de l’air au Kings College met l’accent sur « l’escalade du taux d’ozone » et le fait qu’ « il va falloir changer nos habitudes si l’on veut espérer respecter les normes européennes qui doivent prendre effet en 2005. »

Les autorités minimisent ces données. Les hausses de température exceptionnelles seraient à elles seules responsables du degré élevé de pollution.

La mise en place d’un péage pour les voitures roulant au centre de la capitale britannique devait diminuer la pollution. Elle s’avère insuffisante. Certains candidats municipaux prévoient d’ailleurs d’étendre le périmètre de cette taxe afin, disent-ils, de réduire les risques liés aux gaz d’échappement.

Delphine Dujardin © Senioractu.com 2004


Publié le Lundi 14 Juin 2004 dans la rubrique Social | Lu 7093 fois