Sommaire
Senior Actu

Alzheimer : un patch pour améliorer le suivi du traitement et simplifier la vie des aidants

Afin d’améliorer l’observance des traitements et de simplifier la vie des aidants familiaux, le laboratoire Novartis propose une nouvelle forme galénique de son médicament contre la maladie d’Alzheimer (un inhibiteur de la cholinestérase) : il s’agit d’un patch permettant la diffusion du principe actif de manière continue et régulière. Plus simple à administrer et mieux accepter par les patients.


Les aidants familiaux le savent bien : il n’est pas toujours simple de s’occuper d’un proche atteint par la maladie d’Alzheimer. Au-delà de la gestion du quotidien, pas toujours évidente à organiser au jour le jour, il s’agit également de s’assurer que la personne malade prenne bien régulièrement son traitement… Un exercice parfois difficile à maitriser !

Pourtant, il existe depuis quelques temps une nouvelle forme galénique dans le traitement de cette pathologie neurodégénérative qui touche plus de 850.000 personnes en France : le patch ou timbre transdermique. Une solution –encore peu connue- qui permet la délivrance d’une dose médicamenteuse continue et régulière. Explications.

La plupart des traitements contre la maladie d’Alzheimer ont pour objectif d’augmenter les quantités d’acétylcholine au niveau du cerveau. Ils ont démontré leur efficacité clinique (amélioration, stabilisation ou moindre détérioration) versus placebo, notamment sur la cognition et la capacité fonctionnelle.

Or, l’obstacle principal à l’observance de ces traitements et à l’implication du patient dans la prise en charge de sa pathologie est, en premier lieu, l’impact de la maladie sur les fonctions intellectuelles. C’est là que les aidants (entourage du malade, professionnels de santé) ont un rôle clé à jouer : les malades atteints de la maladie d’Alzheimer ont besoin d’être aidés pour prendre leur traitement et le gérer au quotidien.

Les médecins doivent choisir un traitement adapté au patient en tenant compte de l’efficacité, de la tolérance et de la forme galénique. Les proches de personnes malades apportent, eux, une contribution essentielle au bon fonctionnement de la chaîne de soins et au succès thérapeutique en appréciant l’évolution de la maladie, son degré de sévérité et en participant à l’évaluation de l’effet des médicaments ainsi qu’à la détection de leurs effets secondaires.

Ce patch fait partie de la classe thérapeutique des « inhibiteurs de la cholinestérase », utilisés pour le traitement des symptômes chez les personnes aux stades léger à modéré de la maladie d'Alzheimer. Il s’agit de traitements qui sont déjà utilisés depuis plusieurs années sous formes orales (comprimés, gélules, solutions buvables).

Pourquoi un patch ? Les timbres transdermiques sont conçus pour fournir, à travers la peau, une dose continue de médicament. La concentration en principe actif dans le sang du patient est beaucoup plus régulière. On évite ainsi les pics plasmatiques consécutifs à l’administration du traitement par voie orale. Selon le laboratoire, le patch permettrait à « 70% des patients d’atteindre et de maintenir la dose optimale efficace, soit près du double d’avec une forme gélule ».

Des essais cliniques* contrôlés ont également montré que les effets secondaires (notamment gastro-intestinaux) sont trois fois moins fréquents qu’avec les formes orales. Cette réduction des effets secondaires permet d’une part, aux médecins d’utiliser des doses plus importantes de principe actif qu’avec les formes orales et d’optimiser l’efficacité du traitement ; et d’autre part, aux patients un meilleur confort.

Autre avantage : une nette amélioration de l’observance et une garantie de la prise du médicament. Le patch facilite en effet l’acceptabilité de son traitement par le patient Alzheimer qui n’est pas toujours « coopérant ». De plus, il permet de limiter le nombre de médicaments chez des patients souvent polymédiqués, notamment ceux qui présentent des difficultés de déglutition. Enfin, il représente une véritable sécurité pour les aidants qui peuvent ainsi s’assurer de la bonne administration du traitement : les études ont montré que 74% des aidants préféraient la forme patch aux traditionnelles formes orales.

En pratique
Le timbre transdermique peut être appliqué sur le haut du dos, le bas du dos, la poitrine ou la partie supérieure du bras et doit être remplacé par un nouveau timbre toutes les 24 heures.

* Etude EXTRA visant à évaluer l’intérêt du patch en pratique courante, chez 218 patients
Etude ouverte sur 24 semaines de l'efficience clinique d'Exelon transdermique 9,5MG/24h chez des patients présentant une maladie d'Alzheimer (MA).


Publié le Mardi 10 Novembre 2009 dans la rubrique Santé | Lu 5682 fois