Sommaire
Senior Actu

Alzheimer : un ingrédient du thé vert pourrait combattre la maladie

Peut-être une bonne nouvelle pour cette Journée Mondiale d'Alzheimer. Selon une récente étude américaine, réalisée par des scientifiques de l’Université de Floride du sud sur des souris et parue cette semaine dans la revue spécialisée « Journal of Neuroscience », un ingrédient du thé vert pourrait combattre la maladie d’Alzheimer.


Alzheimer : un ingrédient du thé vert pourrait combattre la maladie
Des scientifiques de l’Université de Floride du sud ont injecté pendant plusieurs mois à des souris -qui avaient été au préalable « programmées » pour développer une maladie semblable à la maladie d’Alzheimer- des doses d’un antioxydant présent dans le thé vert : l’épigallocatéchine gallate (EGCG).

Selon ces chercheurs floridiens, ce puissant polyphénol du thé vert, entraînerait une réduction de la production de la protéine beta-amyloïde (bA). Or, l'accumulation de beta-amyloïde sous forme de plaques séniles autour des neurones est la caractéristique principale de la maladie d'Alzheimer.

Après plusieurs mois d’injection, la formation de ces plaques dans le cerveau des souris aurait été réduite de moitié (jusqu’à 54%).

Toutefois, comme le précise le Dr Jun Tan, responsable de cette étude et directeur du laboratoire de neuroimmunologie de cette université de Floride, boire régulièrement du thé vert ne serait pas suffisant pour parvenir à stopper la formation de ces plaques. En effet, selon ce chercheur, d’autres composants du thé vert pourraient bloquer les effets bénéfiques de l’EGCG.

Cependant, des compléments contenant de l’épigallocatéchine gallate pourraient venir en aide aux malades, indique le Dr Tan. Les besoins pour un être humain seraient de 1.500 à 1.600 milligrammes par jour. Et d’ajouter que les scientifiques tentent actuellement de développer des thés verts à forte teneur en EGCG qui pourraient aussi offrir des effets bénéfiques sur la santé.

Il s’agit maintenant pour les scientifiques de tester l’EGCG sous forme orale (toujours sur les souris). Si le cerveau de l’animal est protégé, « nous pensons que les effets bénéfiques sur la maladie d’Alzheimer chez l’être humain pourraient être garantis » explique le Dr Tan.

Cette étude a été financé par l’Université de Floride du sud et diverses associations luttant contre la maladie d’Alzheimer.

D’autres recherches ont déjà montré que l’épigallocatéchine gallate (EGCG) pourrait prévenir certains cancers et bloquer le virus du sida.

Alzheimer est une maladie neurodégénérative. Il s’agit de la forme de démence sénile la plus commune. Elle touche environ 4.5 millions d’Américains, 850.000 Français et des millions de personnes de part le monde.

Compte-tenu du vieillissement de la population, ces chiffres sont malheureusement appelés à augmenter dans les années à venir.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Royaume-Uni - Le thé nouvel espoir pour le traitement de la maladie d'Alzheimer


Publié le Mercredi 21 Septembre 2005 dans la rubrique Santé | Lu 7860 fois