Sommaire
Senior Actu

Alzheimer : nouvelle chaire avec AXA et l’université Pierre et Marie Curie

Au sein de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), cette chaire au capital de trois millions d’euros est portée par le professeur Harald Hampel, un expert de renommée internationale. Son but ? Améliorer le dépistage de la maladie d’Alzheimer afin d’en prévenir les effets dès les tous premiers stades, notamment en explorant la piste des biomarqueurs dont le développement récent a permis d’étudier la maladie de façon renouvelée et de mieux évaluer l’efficacité des thérapies.


Avec aujourd’hui 35 millions de personnes touchées dans le monde, dont plus de 800.000 en France, la maladie d’Alzheimer continue à augmenter avec le vieillissement de la population…
 
D’ici vingt ans, ce chiffre aura plus que doublé ! Deux millions de Français devraient être concernés ; et en 2050, ce nombre aura dépassé les 100 millions au niveau mondial !
 
Grâce au don du Fonds AXA pour la Recherche à la Fondation partenariale UPMC, les travaux de recherche du professeur Hampel vont permettre d’améliorer le dépistage de la maladie afin d’en prévenir les effets dès le stade asymptomatique. La validation de nouveaux biomarqueurs : cognitifs, structuraux, métaboliques, biologiques, génétiques, etc., permettra également de mieux évaluer l’efficacité des traitements.
 
Selon le professeur Harald Hampel, « le nombre de patients va exploser, et les dépenses publiques liées à leur prise en charge (environ 600 milliards d’euros dans le monde aujourd’hui) vont quintupler, ce qui signifie que tous les systèmes de prise en charge feront faillite si la maladie continue de se répandre. D’où la nécessité de développer des méthodes permettant de détecter la maladie avant l’apparition des symptômes pour mieux la prévenir ».
 
Rappelons que le professeur Harald Hampel est un expert reconnu internationalement pour son expérience en neurologie. Après un stage au National Institutes of Health de Bethesda, Maryland (États-Unis), il devient professeur en psychiatrie et crée le Centre de recherche sur Alzheimer à l’université de Munich, puis est nommé professeur et président de l’unité de psychiatrie au Trinity College de Dublin. En 2010, il devient professeur et président de psychiatrie à l’université de Francfort. Avec cette chaire, il devient professeur à l’UPMC au département de neurologie, Institut de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Auteur de plus de 500 articles de recherche et de 8 ouvrages, le professeur Hampel a remporté de nombreuses récompenses pour ses recherches, centrées sur la santé, les maladies du cerveau, les biomarqueurs et la découverte thérapeutique dans la maladie d’Alzheimer. Il est rédacteur en chef adjoint de la revue de l’Association Alzheimer, Alzheimer’s & Dementia.
 
Pour cette occasion, Nicolas Moreau, président directeur général d’AXA France, a indiqué : « AXA est très fière de soutenir l’UPMC dans sa volonté de lancer une nouvelle chaire universitaire : en tant qu’assureur santé, une meilleure compréhension des signes annonciateurs de la maladie d’Alzheimer est d’une importance stratégique car elle nous permettra de mieux protéger, prévenir, couvrir et accompagner les personnes touchées. Avec un programme scientifique aussi novateur, un chercheur de renommée mondiale et un rapprochement d’institutions scientifiques et cliniques de premier ordre sous l’ombrelle de la première université française au classement de Shanghai, nous avons bon espoir d’obtenir des résultats qui profiteront à tous. »
 
De son côté, Jean Chambaz, président de l’UPMC, est convaincu de l’importance de ces recherches et se réjouit de ce partenariat : « L’Institut de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer est le premier centre français de recherche clinique totalement dédié à la prévention, au diagnostic précoce et au traitement de la maladie d’Alzheimer. (…). Depuis vingt ans, Harald Hampel est une référence mondiale en neurosciences et particulièrement dans ce domaine précis de la maladie d’Alzheimer et de son dépistage, c’est un honneur pour l’UPMC de l’accueillir. Aujourd’hui la maladie d’Alzheimer ne se soigne pas mais il existe un champ de recherche particulièrement prometteur en ce qui concerne le diagnostic précoce et le suivi des malades ».


Publié le Lundi 17 Février 2014 dans la rubrique Santé | Lu 751 fois