Sommaire
Senior Actu

Alzheimer, l'accompagnement en actions : un DVD de la FNG récompensé par le Trophée Santé du 21ème FIMAC

A l’occasion de la 21ème édition du Festival International des Médias Audiovisuels Corporate (FIMAC), le DVD intitulé « Alzheimer, l'accompagnement en actions » de la Fondation nationale de gérontologie (FNG) a été récompensé par le Trophée Santé le 20 juin dernier par un jury de professionnels du cinéma et de la réalisation audiovisuelle.


Concrètement, ce DVD montre, comment onze structures (voir encadré ci-dessous) ont su mener à bien, au niveau local, une action d'accompagnement de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, et ce, pour faciliter la vie à domicile, maintenir la vie sociale, proposer du répit et gérer la crise.

Pour chaque action, un reportage témoigne du quotidien de ces personnes, des aidants familiaux et des professionnels. Une interview donne par ailleurs les éléments pratiques sur la mise en place de l'action (éléments chiffrés, organisation, motivation).

Enfin, 21 experts, neurologue, anthropologue, sociologue, philosophe, journaliste, porte-parole des familles, professionnels des soins à domicile et en institution... apportent, par leur approche personnelle, une mise en perspective de ces initiatives.

Dans un module supplémentaire, certains de ces experts présentent leur vision de la notion l’accompagnement. Au total, plus de deux heures de documents, indispensables pour les professionnels et les familles.

A utiliser lors de formation, de groupes de paroles... et « pour s'inspirer de ces actions et oser en mettre en place de nouvelles » comme le souligne Geneviève Laroque, présidente de la Fondation Nationale de Gérontologie en introduction du DVD.

« Les 5.000 premiers exemplaires du DVD étant épuisés, un retirage est en cours » souligne le communiqué de la FNG qui rappelle par ailleurs qu’en 2006, le Trophée Santé du FIMAC avait récompensé son DVD « Animation et gérontologie - Pour le développement de la vie sociale des personnes âgées en institution et à domicile ».




Prendre en charge dans un réseau les troubles cognitifs
« Espace Seniors » MSA – Baume-les-Dames (25)
« Avec le réseau quelque part, ça nous donne une sécurité, nous qui ne sommes plus sur le pays » nous confie le fils d’une dame qui vit toujours seule malgré la maladie. Baume-les-Dames est le théâtre d’une impressionnante synergie de tous les acteurs publics et privés qui oeuvrent dans le domaine de la gérontologie et plus particulièrement dans le dépistage et l’accompagnement des personnes atteintes de déficiences mémorielles et cognitives.

L’objectif est de repérer le plus tôt possible les troubles cognitifs pour suivre et adapter la prise en charge thérapeutique et sociale, en fédérant dans une action globale commune et volontaire tous les intervenants de la chaîne d’accompagnement des malades et des aidants. « Quand vous êtes là il est content, il sourit ; lui qui ne sourit plus autrement » avoue l’épouse d’un ancien agriculteur à Brigitte l’AMP du réseau. Elle ajoute « ça m’aide, on me dit qu’il faut que je fasse attention à moi ».

Former les aidants – Programme psycho-éducatif des familles
Hôpital privé gériatrique « Les Magnolias » - Ballainvilliers (91)
« Il faut que vous sachiez évaluer, sur une échelle de 100%, votre pourcentage d’épuisement et vous ménager des espaces » indique le docteur Marie-Pierre Pancrazi lors d’une séance de formation destinée aux proches de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

« J’ai fait du chemin depuis la maladie de mon mari » « Cela permet aussi d’échanger avec d’autres personnes qui vivent la même situation que nous ». « J’ai appris grâce à vous que lorsque ma mère s’énervait contre moi c’est parce qu’elle m’aimait et qu’elle n’avait pas d’autre personne contre qui réagir, depuis cela passe beaucoup mieux ». Des témoignages montrent l’importance de se préparer face à cette maladie.

Faciliter les soins à domicile
Méthode Humanitude - SSIAD ADMR Vendée - L'Hermeneau (85)
L’ADMR de Vendée a lancé une opération de formation de ses soignants à l’Humanitude. Il s’agit, selon Pascal Gouriou, responsable communication, de mieux adapter la prise en charge aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. On suit des aides-soignantes dans leur quotidien et elles nous disent en quoi l’Humanitude a changé leur pratique. « Avant on obligeait la personne, à plusieurs s’il le fallait, maintenant on respecte plus la personne et si on capte bien son attention cela se passe tout seul ». Des familles témoignent aussi des avantages de cette méthode et des réactions moins agressives de leur proche face à des personnes venues faire leur toilette. « J’aimerais que vous me montriez quelques gestes pour que je puisse aussi les utiliser » dit la fille d’une malade.

Maintenir la relation
Méthode de la Validation - ORRPA - Reims (51)
À Reims, Kathia Munsch est formatrice en Validation, elle travaille notamment pour le Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC). Elle nous explique l’approche spécifique de cette méthode. « Depuis la formation, je suis plus gentille avec lui, les relations sont redevenues normales, j’ai appris à me détendre malgré la maladie » explique une femme devant son mari qui acquiesce et confirme le changement de comportement de son épouse. On la retrouve en séance avec plusieurs autres personnes et chacun participe en expliquant sa situation. Une pause relaxation permet à chacun d’expérimenter une manière de se détendre pour affronter des situations délicates. « Ca me fait du bien quand je sens que je m’énerve, je cherche à appliquer ce que j’ai appris ici ».

Apprendre quand on oublie
Stages d’initiation à l’informatique - Génér'action - Paris (75)
À Paris, dans les locaux Le temps des médias, François participe à une formation organisée par l’association Génér’action. « C’est dans le cadre d’un suivi médical, car je veux rester le plus longtemps possible en état » dit François. « La difficulté est d’apprendre quand on oublie, il fallait une démarche pédagogique au pas à pas » explique Laurent Wajs le formateur. Ainsi on suit une des séances où se retrouvent des personnes atteintes de troubles persistants de la mémoire mais désireuses d’utiliser Internet. « C’est ma femme qui l’utilise à la maison mais je veux quand même être dans le coup » dit un autre François visiblement peu familier des claviers.

Communiquer avec l'extérieur
Art postal - Maison de retraite départementale – Saint-Pierre de Trivisy (81)
La maison de retraite départementale a mis en place une animation spécifique pour les personnes de l’unité Alzheimer, en grande difficulté pour la plupart. L’art postal permet une animation d’art thérapie et un échange de correspondance avec une personne de l’extérieur.

C’est aussi l’occasion pour les malades de faire une sortie jusqu’à la poste. Peu d’entre eux réussissent encore à écrire, la peinture est le moyen le plus évident pour communiquer. « J’essaie de comprendre à travers les couleurs, les formes, ce que veut dire la personne, j’ai besoin de temps pour lui répondre » dit la bénévole de l’association Volubilo qui participe pour la deuxième année à cet échange épistolaire. De cette idée simple jaillissent de magnifiques échanges et des cahiers haut en couleurs qui participent au quotidien des personnes malades.

Stimuler au quotidien
Résidence médico-sociale PRO BTP - Bouguenais (44)
Nantes, est une des résidences pilote du groupe PRO BTP où est mise en place une approche systématique de stimulation dans les unités de vie qui accueillent des résidents permanents, atteints de la maladie d’Alzheimer. Ici, toilettes, soins infirmiers, repas, déplacements…, sont autant de moments où chacun des personnels intervenants accompagne le résident dans sa vie quotidienne dans le but de solliciter toutes ses capacités. « C’est valorisant, on ne fait pas que du soin, on s’occupe de la personne, c’est mieux qu’avant » témoigne une aide-soignante.

Chaque matin, une pause-café permet au Docteur Loreau, gériatre, de réunir l’ensemble du personnel concerné afin de partager toutes les observations constatées et de communiquer sur l’évolution de la prise en charge de chaque résident. Avec reconnaissance, une fille constate « Dans un service de long séjour, Maman était très perturbée, ici, elle commence à retrouver des cohérences ».

Améliorer l'entrée en résidence
Le Dossier de vie sociale « Aloïs » - Home de Médica-France - Curtafond (01)
Le home de Cortefredone accueille exclusivement les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. L’architecture adaptée dispose de grands espaces intérieurs et extérieurs. A l’admission d’un résident, les proches remplissent un document original, le dossier de vie sociale « Aloïs » qui permet aux soignants de mieux cerner les goûts, l’histoire, les comportements et leurs évolutions depuis la maladie. « C’est aussi une manière de partager notre douleur » explique la fille d’une résidente. Au cours de réunions régulières, l’équipe de soins partage les informations ainsi recueillies afin de mieux ajuster ses interventions et les animations destinées aux nouveaux arrivants.

Partir en vacances
Association Ty Bemdez - Service d'accueil de jour - Brest (29)
À Brest, Jo profite d’un séjour de vacances organisé par Ty Bemdez, une association gestionnaire d’un accueil de jour. « Ça fait du bien une petite séparation, je suis sûr que ma femme le pense aussi » dit Jo lors d’une conviviale partie de domino. C’est dans un gîte rural loué pour l’occasion qu’au cours des différentes activités, nous suivons le travail d’accompagnement des deux AMP. « Elle va oublier dans quelques jours, mais on sait que cela lui a fait du bien, et à mon père aussi » dit la fille d’une résidente au cours du retour plein d’émotions.

Gérer la crise
Service de gérontologie clinique - Hôpital « La Charité » - CHU - Saint-Etienne (42)
Au CHU de Saint-Etienne fonctionne un service de psycho-neurogériatrie, animé par le docteur Chantal Girtanner. Identifié par les différents services ou praticiens prescripteurs, il accueille les malades pour une période de trois ou quatre semaines lorsqu’une situation de « crise » se manifeste. Sa mission : prendre le temps pour évaluer et diagnostiquer dans sa globalité le patient afin de permettre un retour à domicile sur de nouvelles bases thérapeutiques et relationnelles. La fille d’une patiente : « Ici, il y a une prise en charge psychologique de la famille, pas que des malades ». Dans le jardin d’hiver du service, lieu propice à la sérénité, un fils, en présence de sa mère dit : « On reculait l’échéance de sa prise en charge et devant notre incapacité… ».

Accueillir pour la nuit
Hôpital local - Mortain (50)
L’hôpital de Mortain est à l’origine de cette forme d’accueil temporaire qu’est l’accueil de nuit. Il s’agit d’organiser une réponse globale aux différentes problématiques rencontrées par les malades et leur famille confie la directrice, Mme Mahieu. En milieu rural, le problème principal est le transport. La réponse apportée est simple, il suffit de le mutualiser et d’en faire un moment de vie important pour tous. C’est ainsi que l’on suit les départs et retours de plusieurs patients entrecoupés des réactions des familles. Une douzaine de personnes profitent quotidiennement de cette prise en charge ; « depuis je peux dormir la nuit et le jour il est chez lui » dit la conjointe d’un homme atteint de la maladie d’Alzheimer.

Contact et commande du DVD

Fondation Nationale de Gérontologie
49 rue Mirabeau
75016 Paris

Tél. : 01 55 74 67 07
audiovisuel@fng.fr


Publié le Vendredi 4 Juillet 2008 dans la rubrique Santé | Lu 8188 fois