Sommaire
Senior Actu

Alzheimer : dépistage « ciblé » dans les Hauts-de-Seine

Pour la première fois en France, le département des Hauts-de-Seine (92), situé dans la banlieue parisienne, lance une campagne de dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer auprès de tous les nouveaux bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), afin d’améliorer la prise en charge des personnes concernées et de leur entourage.


« Cette campagne, rappelle un communiqué paru sur le site internet de ce département, fait partie des engagements pris en 2005 par le conseil général, à la suite des états généraux ». Et de préciser qu’en « favorisant le dépistage d’une maladie dont les premiers symptômes demeurent souvent ignorés (selon les spécialistes, seules 50 % des démences débutantes feraient l’objet d’un diagnostic spécifique), le département souhaite favoriser une meilleure prise en charge des personnes concernées et de leur entourage ».

De fait, dès 2005, une première expérience de dépistage « ciblé » avait été menée par les équipes départementales chargées de l’APA, sur la base des certificats médicaux joints à la demande d’allocation : 124 personnes âgées, dont le dossier mentionnait des éléments évocateurs (problèmes de mémoire, désorientation, troubles du comportement…), avaient ainsi pu passer une batterie de tests spécifiques. Dans 16 % des cas ayant abouti à un diagnostic, la suspicion de maladie d’Alzheimer a effectivement été confirmée. .../...

Dans les mois prochains, cette démarche de dépistage précoce sera étendue à l’ensemble des nouveaux demandeurs de l’APA dans ce département, soit environ 4.800 personnes par an.

Ceux qui souhaiteront en bénéficier passeront un premier test (IADL) à domicile, proposé par un travailleur social et destiné à détecter une éventuelle perte d’autonomie dans les fonctions instrumentales de la vie quotidienne : utilisation du téléphone, des transports, prise des médicaments ou gestion du budget.

Au cas où ce test révèlerait des signes de dépendance, sans que des causes physiques ou environnementales puissent expliquer ces difficultés, une altération des fonctions intellectuelles devra être envisagée.

Une lettre sera alors adressée au médecin traitant. Celui-ci pourra procéder à des investigations plus spécifiques, destinées à préciser la pathologie de son patient, ou l’adresser à l’une des onze consultations mémoire existant dans le département.


Publié le Mardi 6 Juin 2006 dans la rubrique Santé | Lu 2849 fois