Sommaire
Senior Actu

Allier : le Conseil général participe au devoir de mémoire du 1er au 11 novembre

A l’aube du 90ème anniversaire de l’armistice de 1918, à l’heure où ne subsistent que deux poilus, acteurs-témoins de la der des ders, le Conseil général de l'Allier a souhaité s’impliquer à sa manière en donnant à la commémoration 2007 une teinte particulière. En mettant en lumière trois actions symboliques, le département participe au devoir de mémoire. Pour les quelque huit millions de Français mobilisés, pour la mémoire de ceux qui ont trouvé la mort au combat, des suites de leurs blessures ou encore de la maladie… Afin que jamais nous n’oubliions.


Les Flammes de la mémoire : un rempart contre l’oubli

Du 1er au 11 novembre, le souvenir Français et le Comité de la Flamme sous l’Arc de Triomphe organisent l’opération « Flammes de la mémoire » avec l’aide des Conseils généraux et régionaux. Elle a pour but de rendre hommage aux soldats de la Grande Guerre par l’achat de petites bougies.

Les sommes récoltées participeront à la sauvegarde et à la rénovation des sépultures et des monuments commémoratifs. Une fois achetées, les bougies pourront être déposées chez soi ou au pied du monument aux morts de chaque commune la veille ou le jour de la commémoration. Lancée en 2006 en Picardie et dans le Nord Pas-de-Calais, cette opération a déjà connu un vif succès en générant de nombreuses actions qui avaient contribué à la sensibilisation du grand public et plus particulièrement des jeunes générations.

L’édition 2007 verra la participation de 13 748 communes et de 34 départements. Au prix de deux euros, les bougies sont en vente chez les buralistes, dans les mairies partenaires. .../...

Le Relais Sacré dans l’Allier : l’événement

Les 9 et 10 novembre, le Relais Sacré sera dans l’Allier. Fondé en 1934, le Relais Sacré devait porter, chaque année, la flamme de l’Arc de Triomphe dans les hauts lieux de la Grande Guerre. Cette toute jeune tradition prendra prématurément fin avec la seconde guerre mondiale. Ce qui rend l’événement exceptionnel en 2007 est d’une part, la reprise de la tradition et d’autre part sa seule venue dans l’Allier.

On doit cet événement majeur à Jean-Daniel Destemberg, délégué départemental du Souvenir Français dans l’Allier et administrateur national. Lorsqu’il a été question de remettre à l’ordre du jour le relais sacré, JD Destemberg a tout de suite proposé l’Allier comme hôte de l’événement. Ainsi, ce symbole suprême du souvenir fera une halte dans le département deux jours durant.

Arrivée sous bonne escorte à Moulins le 9 novembre au soir, la flamme sera abritée une nuit au quartier Taguin. Le lendemain, une cérémonie sera organisée au cimetière de la ville à 11 h. Elle rejoindra ensuite Montluçon où une importante cérémonie est prévue à 19 h au Monument aux morts de la ville. Avant, la flamme aura effectué six arrêts aux monuments aux morts de Saint-Menoux, Bourbon-l’Archambault, Ygrande, Vieure, Cosne-d’Allier, Sauvagny et Bizeneuille. A chaque arrêt les bougies de l’opération Flammes de la mémoire devraient briller pour chaque nom gravé dans la pierre.

Lucien Jonas : l’artiste témoin

Lucien Jonas, peintre de renom, a été durant la Grande Guerre artiste officiel rattaché au Musée de l’Armée de 1915 à la fin de la guerre. Ses œuvres restent le témoignage émouvant des temps troubles de ces années noires. Jusqu’au 11 novembre, le Conseil général de l'Allier propose une exposition des œuvres de l’artiste Lucien Jonas. Intitulée « La Grande Guerre », cette exposition présentera des fusains originaux, des affiches et des lithographies retraçant toute la période de la guerre. On doit cette exposition à Jean-Paul Fontanon, collectionneur, qui présente ici des œuvres lui appartenant. Ouverte dès le 26 octobre, les scolaires pourront la découvrir avant la période des vacances.

Le 11 novembre 2007 ne sera pas le 11 novembre 1918. Toutefois, la date anniversaire revêtira un habit particulier cette année. Une teinte lumineuse et chaleureuse, une flamme, celle du souvenir.

N’oublions jamais :

1 386 000 tués dont 15 315 originaires de l’Allier, 3 595 000 blessés dont 600 000 atteints d’incapacité permanente, 60 000 amputés. Plus de 7% du territoire dévastés, 893 792 bâtiments détruits, irrémédiablement ou partiellement endommagés. Le cheptel décimé, le réseau ferroviaire inutilisable sur plus de 6 000 kilomètres, le réseau routier sur 52 000 km. Les dépenses de guerre s’élèvent à 160 milliards de Francs-or, les dommages pour la France se montent à 34 milliards.

11 novembre 1918 : à 5 h 40, l’armistice est signé, à 11 h le même jour, les armes se taisent. Dans chaque village de France, le son des cloches prend le relais, partout des cocardes fleurissent ; la guerre est finie, elle n’a que trop duré. La der des ders prend effectivement fin. En janvier 1919, la conférence de la paix s’ouvrait à Paris, Clémenceau concluait son allocution par ces mots : « nous sommes venus ici amis, nous devons repasser cette porte en frères. Faisons la paix du monde, vite et bien ! » La suite de l’histoire, nous la connaissons…


Publié le Mercredi 31 Octobre 2007 dans la rubrique Société | Lu 7382 fois