Sommaire
Senior Actu

Allemagne – Les départs anticipés en retraite handicapent l’économie du pays


Les salariés allemands rentrent tard sur le marché de travail et le quittent relativement tôt, un véritable handicap pour l’économie, d’après un article du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Le nombre d’années d’activité – et donc de cotisation à la retraite – de la main d’œuvre allemande est parmi les plus faibles au monde. Il n’est pas rare de voir des diplômés d’études supérieures intégrer leur premier emploi à 28-30 ans et des retraités d’à peine 55 ans. Plus de 60 % partent ainsi à la retraite avant l’âge légal fixé à 65 ans, les mieux dotés financièrement pouvant se passer du versement d’une pension maximale.

Ces données inquiètent aujourd’hui les experts qui craignent une pénurie de main d’œuvre coûteuse pour l’économie du pays. Rares sont les sexagénaires qui entendent cet argument, encouragés qu’ils sont par les dispositifs de départ anticipé à la retraite créés dans les années 80 pour réduire le chômage. Le schéma le plus répandu de leur fin de carrière voit se succéder une période de chômage vers 58 ans, suivie d’une demande de départ à la retraite vers 60 ans. C’est bien à ce que les économistes et politiciens appellent un véritable « exode » d’une main d’œuvre âgée que le pays doit faire face.

Les salariés les plus âgés ne cédant pas à la tentation d’un départ précoce en retraite se voient octroyer des privilèges au sein des entreprises. L’institut IW (Institut der Deutschen Wirtschaft) note par exemple un système de primes liées à l’âge et à l’ancienneté particulièrement favorable par rapport à d’autres pays. Les plus de 55 ans sont également bien protégés par la loi contre les licenciements. Autant d’avantages qui n’encouragent pas la productivité de cette catégorie d’âge, constatent les experts.


Publié le Mardi 22 Juin 2004 dans la rubrique Divers | Lu 921 fois