Sommaire
Senior Actu

Allemagne - Le vieillissement démographique, une chance pour la stabilité géopolitique mondiale ?


Une étude anthropologique de l’institut « Max Planck » pour le développement humain à Berlin tente de revaloriser le rôle et la place de nos "vieux", détenteurs d’une "sagesse" et garants d’une relative stabilité dans nos sociétés européennes.

Dans l’argumentaire de la "guerre des générations" qui fait rage en Allemagne, la responsabilité des "vieux" y est accablante : au sein de la compétition internationale, les nations de la "Vieille Europe" seraient confrontées à une crise financière latente due à la dépendance des grabataires. Paul Baltes, de l’institut Max Planck, cherche à déconstruire cette idée en formalisant la notion de sagesse : son paradigme de la sagesse la définit comme un "savoir expert du pragmatisme de la vie", plus explicitement la capacité à gérer sa vie et les situations de crise. Qualité usuellement attribuée au grand âge, elle peut être testée scientifiquement : les participants les plus âgés obtiennent effectivement les meilleurs résultats, illustrant une forte capacité à résoudre les conflits.

Paul Baltes en déduit alors plusieurs interrogations : si trop de vieux représente un poids pour la société, trop de jeunes peut également poser problème. Et si la classe politique allemande n’était pas trop vieille mais trop jeune, le pragmatisme des vieux étouffé par la fougue des jeunes ? Sur les 666 parlementaires élus l’année dernière, seulement 1,5% d’entre eux ont plus de 65 ans, et un seul a plus de 70 ans, à savoir Otto Schilly, le ministre de l’Intérieur. Aussi, selon Baltes, le gouvernement Schröder serait peut-être trop jeune pour résoudre les problèmes de l’Allemagne.

Les travaux de l’historien allemand Gunnar Heinsohn soutiennent ces propos. Il observe que les nations ayant une forte proportion de jeunes tendent à être plus violentes. Les crimes et les guerres civiles sont alimentés moins par une difficulté matérielle que par une profonde frustration des jeunes face au blocage et à l’impossibilité du progrès social dans une société matériellement dominée par des générations plus âgées. Selon l'historien, cette assertion trouve des illustrations tout au long de l’histoire, des guerres puniques jusqu’à la seconde Intifada au Proche-Orient.

Dès lors, certains démographes malthusiens voient dans nos sociétés européennes vieillissantes un modèle de stabilité qu’ils n’hésitent pas à promouvoir pour le reste du globe : le vieillissement de la population ne serait plus un fardeau pour la croissance économique, mais une chance pour la stabilité géopolitique dans un monde où les ressources naturelles sont limitées.



Publié le Vendredi 19 Septembre 2003 dans la rubrique Divers | Lu 504 fois