Sommaire
Senior Actu

Allemagne - La retraite Riester déçoit, la réforme des retraites devient délicate


Un an et demi après la mise en place d’incitations à l’épargne retraite individuelle -la « réforme Riester », ancien ministre du travail-, l’Institut allemand des caisses de retraite (DIA – Deutsches Institute für Altersvorsorge) qualifie d’échec cette tentative de réforme. Censée soutenir un système de retraites par répartition moribond, la « retraite Riester » est un contrat d’épargne retraite individuelle supplémentaire auquel cotisent les salariés, largement subventionné par l’Etat sous forme de primes et d’allègements fiscaux. Les dernières statistiques publiées mercredi dernier par la DIA indiquent que seulement 15 % des travailleurs allemands ont investi dans un plan d’épargne Riester. Pire, plus de 300 000 contrats ont été résilié depuis le mois de janvier. De même, les allemands n’ont que très peu profité de la possibilité de constituer des plans de retraite d’entreprise, pourtant plus populaires que les traditionnels fonds de pension. Ceci peut s’expliquer par l’attachement traditionnel des allemands au système par répartition mais aussi par la complexité et la mauvaise lisibilité des retraites Riester, dont certains reprochent l’imposition sur le versement des pensions. Actuellement, les retraités allemands touchent une rente mensuelle versée par l’Etat correspondant à 70 % du dernier salaire net, pour une durée de cotisations de 45 ans. D’après la DIA, ce taux chuterait à 58% d’ici 2030, même si les cotisations augmentent à 25 % du revenu annuel, (20% actuellement). On comprend mieux dans ces conditions l’urgence de la réforme des retraites en Allemagne.
Je pars à la retraite en 2010. Grâce au soutien de l'Etat à l'épargne retraite individuelle, ma retraite me rapportera plus qu'aujourd'hui


Publié le Vendredi 8 Août 2003 dans la rubrique Retraite | Lu 2196 fois