Sommaire
Senior Actu

Alertacall : une téléalarme bon marché et moins invasive

D’aucuns pourraient considérer James Batchelor comme un petit-fils modèle, mais peut-être aussi, comme un bon homme d’affaires. Soucieux du confort et de la sécurité de sa grand-mère qui vit seule à domicile, il vient de mettre au point en Grande-Bretagne, un nouveau système de téléalarme « Alertacall » qui se veut moins invasif et bon marché.


Un jour, M. Batchelor, qui s’inquiétait pour la sécurité de sa grand-mère qui vit seule à domicile, s’est aperçu que son soucis était partagé par des millions de personnes qui elles aussi, avaient un membre de leur famille vulnérable face à la solitude (personne âgée ou handicapée).

En effet, un forte proportion d’aînés résident chez eux en toute indépendance. Ils vivent comme tout un chacun mais ne sont jamais à l’abri d’un petit problème de santé ou d’une chute. Encore vaillants, la plupart ne se considèrent pas en position de risque et n’acceptent donc pas l’idée d’avoir à porter un collier de téléalarme ni même de posséder un bouton d’appel sur leur téléphone. Pour eux, ces équipements sont considérés comme un aveu de faiblesse, précisent les concepteurs de ce nouveau système.

C’est là qu’Alertacall est ingénieux. Le problème est abordé différemment. Plutôt que d’appeler en cas d’urgence, le système est inversé. Tous les jours à la même heure, l’abonné au service Alertacall presse une touche spéciale qui se trouve sur son téléphone (fourni dans l’abonnement). Ce geste prouve que la personne est active en envoyant un message aux équipes du prestataire de service. Tout est ok.

En revanche, si l’abonné n’a pas émis son message quotidien à l’heure dite, les employés d’Alertacall tentent dans un premier temps de téléphoner à la personne âgée pour vérifier que tout va bien. Il s’agit peut-être d’un simple oubli. Par contre, s’ils n’arrivent pas à entrer en contact avec elle, ils appellent aussitôt trois numéros prédéfinis pour prévenir les proches que quelque chose ne va pas.

« Avec ce système, les familles savent -sans les entendre- que leurs proches vont bien. C’est idéal pour les personnes qui n’ont pas toujours la possibilité de s’occuper à plein temps de leurs proches âgés » indique M. Batchelor.

Le service coûte l’équivalent de 15 euros par mois plus les frais d’installation qui comprennent le téléphone (36 euros). Le prestataire de service annonce que l’abonnement peut-être résilié à tout moment sans pénalité.
Alertacall : une téléalarme bon marché et moins invasive

Au Japon, grand précurseur dans ce domaine, il existe un système un peu similaire et encore plus original. Un fabricant de bouilloire s’est associé avec une société de télécoms.

Chaque matin, lorsque la personne âgée –abonnée au service- se lève et qu’elle met en route son appareil pour préparer son thé, un e-mail est automatiquement envoyé à l’un de ses proches indiquant que la personne utilisatrice de la bouilloire est bien vivante.

Il existe aussi en France, le système Alertea, qui appelle la personne âgée tous les jours à la même heure. Si tout va bien, elle appuie sur la touche 1 de son téléphone, si elle a un problème, elle appuie sur la touche 2 et un message est automatiquement envoyé à la famille (vocal, email ou sms). Les proches sont aussi contactés si l’aîné ne répond pas après plusieurs tentatives au téléphone.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Japon - Une bouilloire veille sur les seniors


Publié le Jeudi 6 Octobre 2005 dans la rubrique Aides à domicile | Lu 3572 fois