Sommaire
Senior Actu

Afrique du Sud - Le sida fait évoluer le rôle des seniors dans la société


Alors que nous venons de célébrer la journée mondiale contre le Sida, le 1er décembre dernier, un tout récent rapport du Conseil de Recherches sur les Sciences Humaines sud-africain (HSRC) vient de sortir, soulignant l’impact que représente cette pandémie sur les personnes âgées en Afrique du Sud.

Selon ce rapport, l’impact du Sida sur les anciens est tout à fait sous-estimé. Le docteur sud-africain Monde Makiwane, le chercheur au HSRC qui a conduit cette étude sur des individus de plus de 60 ans de la province de Mpumalanga, estime que « les personnes âgées sont pourtant les héros méconnus de cette pandémie ».

Et de préciser qu’avec la maladie, le rôle des aînés a changé. Désormais, avec les parents atteints par le sida ou décédés, les grands-parents doivent s’occuper de leurs enfants malades ou de leurs petits-enfants orphelins.

Ainsi, presque 60% des orphelins sud-africains sont pris en charge par les grands-parents. Dans certains régions, les trois-quarts des anciens (72%) sont les principales (voire uniques) sources de revenus de ces foyers multigénérationnels. Ces personnes âgées dépensent une grande part de leurs revenus pour les besoins et l’éducation des petits-enfants, 9% soignent de jeunes adultes malades vivant chez eux, 22% vivent avec leurs petits-enfants (les parents sont morts ou partis pour les villes de manière prolongée), 20% prennent soin d’enfants de 6 ans ou moins et 46% prennent soin d’enfants entre 6 et 18 ans.

De plus, une fois que les petits-enfants sont élevés, certains problèmes subsistent. Les jeunes générations sont confrontés au chômage, certaines jeunes filles tombent enceinte et laissent leur bébé aux grands-parents une fois qu’il est né. Les anciens doivent donc à nouveau fournir la nourriture, les vêtements, les traitements médicaux pour eux-mêmes, mais aussi pour le reste du foyer.

Outre cet aspect financier, les personnes âgées sont aussi confrontées à de nombreux efforts physiques, particulièrement dans les zones rurales où l’accessibilité aux ressources telles que l’eau, l’énergie ou la nourriture sont limitées voire inexistantes. Ce sont elles aussi qui s’occupent des travaux domestiques. Enfin, la plupart des seniors sont victimes d’anciennes politiques discriminatoires, d’où résultent une faible éducation et un statut socio-économique peu élevé. C’est le cas notamment chez les femmes âgées qui représentent les deux tiers des seniors dans certaines régions. Or, les aînées sont particulièrement vulnérables à la discrimination : elles sont parfois déshéritées et n’ont pas le droit à la parole dans le cercle familial.

Selon le Dr Makiwane, un gap générationnel se creuse. Selon lui, les anciens aident une jeune génération qui ne lui est pas reconnaissante. La plupart des personnes âgées estiment que les jeunes leur manquent de respect. Le sida a donc engendré une crise intergénérationnelle. Il est indispensable de récréer une nouvelle coopération et compréhension entre les jeunes et les vieux. Le Dr Makiwane, estime qu’il faut reconnaître ce rôle primordial joué par les seniors dans la société, les aider, mais surtout, le pays doit promouvoir d’urgence, les relations intergénérationnelles.
Afrique du Sud - Le sida fait évoluer le rôle des seniors dans la société


Publié le Lundi 6 Décembre 2004 dans la rubrique Social | Lu 1586 fois