Sommaire
Senior Actu

Activité physique : du bon et du moins bon chez les seniors…

La FFEPGV* vient de publier la troisième édition de son Baromètre Sport Santé... qui fait le point sur la relation que les Français entretiennent avec le sport, leur forme et leur santé… Cette année, cette étude fait ressortir qu’un Français sur cinq n’a jamais exercé d’activité physique ou n’en pratique plus depuis plus de dix ans !


Premier constat de la troisième édition de ce baromètre : la pratique d’une activité sportive reste minoritaire alors même que les Français déclarent se sentir bien informés sur les bienfaits de la pratique d’une activité physique sur leur santé.
 
Les femmes seraient particulièrement touchées par l’inactivité (46%), tout comme les 35-54 ans (46%). Le niveau de revenus est également un facteur discriminant dans la pratique d’une activité sportive puisque la moitié des personnes appartenant à un milieu modeste (revenus nets mensuels inférieurs à 1.200 €) sont concernées par cet aspect, contre 36% seulement des personnes issues des foyers les plus aisés (revenus nets mensuels de 3.000 € et plus).
 
Les Français et l’activité physique et sportive : où en sont-ils en 2014 ?

Selon l’enquête, 57% des Français déclarent exercer une activité sportive hebdomadaire. Ces derniers y consacrent en moyenne 3 heures et 24 minutes par semaine. Les hommes (3 heures et 48 minutes) et les 55 ans et plus (4 heures et 6 minutes) s’adonnent davantage à la pratique d’une activité sportive que le reste de la population.
 
Qui sont ces Français qui se déclarent sédentaires ?  Versus ceux qui ne pratiquent pas de sport actuellement

- 43% des Français déclarent ne pratiquer aucune activité sportive de manière hebdomadaire
- Les femmes (46%), tout comme les 35-54 ans (46%) sont davantage sédentaires.
- Phénomène encore plus préoccupant, près d’un non sportif sur deux n’a jamais pratiqué de sport ou s’est arrêté il y a plus de dix ans (49%)
- Si cette proportion est davantage prégnante chez les seniors (55 ans et plus, 64%), elle n’est pas non plus négligeable chez les moins de 35 ans : un jeune non-sportif sur trois n’a jamais pratiqué ou ne pratique plus depuis plus de dix ans une activité sportive (34%).
 
Pourtant, la majorité des Français estime être bien sensibilisée aux bienfaits du sport sur leur santé

Une très large majorité de la population française se sent aujourd’hui bien informée sur les bienfaits de la pratique sportive sur sa santé (90%). En outre, les mots que les Français associent spontanément au sport sont relatifs à la santé et au bien-être. Cependant, 35% des Français interrogés restent en attente d’informations concernant les activités qui leur correspondraient le mieux.
 
Ainsi, une large majorité (90%) des Français se déclare bien informée sur les bienfaits de la pratique sportive sur leur santé et 80% considèrent également être bien informés sur la vertu de la pratique d’une activité physique dans la prévention et la lutte de certaines maladies.
 
Pourtant, plus d’un Français sur trois (35%) s’estime être mal informé sur les activités physiques qui pourraient le mieux leur convenir. Les jeunes (moins de 35 ans) sont plus nombreux à déplorer le manque d’information à ce sujet (43%).
 
L’appréhension : un véritable frein psychologique pour débuter ou reprendre la pratique sportive

Après une longue période d’inactivité, l’éventuelle reprise d’une activité sportive n’est pas abordée sereinement par une majorité des non-sportifs. Près des deux-tiers (60%) des non-sportifs déclarent qu’ils éprouveraient des craintes sur la manière de reprendre une activité physique ou sportive.
 
Un peu plus d’un quart d’entre eux éprouvent même beaucoup d’appréhensions à ce sujet (28%).  Cette éventualité engendre un niveau d’anxiété encore plus élevé chez les seniors (55 ans et plus, 71%), 37% d’entre eux éprouvant même beaucoup de craintes à cette encontre.
 
Garder la forme et se sentir bien sont les deux raisons qui incitent le plus à la pratique d’une activité sportive. Si ces deux éléments sont mis en avant par l’ensemble des personnes interrogées, on notera que les sportifs (respectivement 60% et 53%) y accordent davantage d’importance que les non-sportifs (51% et 44%).
 
Perdre du poids et se muscler priment pour motiver la pratique chez les non-sportifs : il est intéressant de noter que l’envie de perdre du poids (41%), d’être en bonne santé (39%) ou de sculpter son corps (23%) sont des éléments qui incitent davantage les non-sportifs à pratiquer une activité physique.
 
Les 5 mots que les Français associent le plus au sport

1. Santé (57%)
2. Hygiène de vie (56%)
3. Forme (56%)
4. Effort (45%)
5. Bien-être (41%)
 
Si les Français continuent à faire le lien entre sport et santé, le lien entre sport et bien-être reste moins évident dans l’esprit du grand public
 
Le fait de pratiquer une activité physique influence la perception que l’on a du sport, les sportifs étant plus nombreux à associer au mot « sport » les notions de santé (93%) ou de bien-être (83%), tandis que les non-sportifs lui attribuent davantage la notion de challenge (73%).
 
Sédentarité : Définition issue du Plan National Nutrition Santé – PNNS
Par opposition à l’activité physique, la sédentarité est l’état dans lequel « les mouvements sont réduits au minimum et la dépense énergétique proche de celle de repos ». Le mot sédentarité provient d’ailleurs du latin « sedere » qui signifie « être assis ». Il est à noter que la sédentarité ne désigne pas l’absence totale d’activité ; elle s’applique à diverses occupations habituelles : regarder la télévision, lire, utiliser un ordinateur, conduire une voiture, téléphoner, etc.
 
La FFEPGV, créatrice du concept de Sport Santé propose, sur le terrain et au plus grand nombre, sportifs et non sportifs, des activités physiques accessibles à chacun, quel que soit son niveau.
 
*Fédération Française d’Education Physique et de Gymnastique Volontaire

Sédentarité : Définition issue du Plan National Nutrition Santé – PNNS

Par opposition à l’activité physique, la sédentarité est l’état dans lequel « les mouvements sont réduits au minimum et la dépense énergétique proche de celle de repos ». Le mot sédentarité provient d’ailleurs du latin « sedere » qui signifie « être assis ». Il est à noter que la sédentarité ne désigne pas l’absence totale d’activité ; elle s’applique à diverses occupations habituelles : regarder la télévision, lire, utiliser un ordinateur, conduire une voiture, téléphoner, etc.

La FFEPGV, créatrice du concept de Sport Santé propose, sur le terrain et au plus grand nombre, sportifs et non sportifs, des activités physiques accessibles à chacun, quel que soit son niveau.
 
*Fédération Française d’Education Physique et de Gymnastique Volontaire


Publié le Vendredi 21 Février 2014 dans la rubrique Bien-être | Lu 1506 fois