Sommaire
Senior Actu

Accidents et agressions corporelles chez les seniors : moins fréquents que chez les jeunes, mais plus graves (Ined)

Selon une étude publiée dans la dernière édition de Population & Sociétés de l'Institut national d'études démographiques (INED) le mercredi 23 juin 2010, les accidents et agressions corporelles chez les seniors seraient moins fréquents que chez les jeunes, mais seraient plus graves.


Comme le rappelle Xavier Thierry de l'INED et auteur de ce rapport : « les maladies cardiovasculaires et les tumeurs constituent aujourd’hui en France les pathologies les plus fréquentes chez les personnes âgées. Néanmoins, leur santé peut être soudainement affectée par un accident ».

Et d’ajouter : « si la majorité de ces accidents n’entraîne pas de décès, ils peuvent produire des blessures corporelles. Ces dernières, plus difficiles à dénombrer que les décès, sont mieux évaluées depuis une dizaine d’années grâce à des études reposant souvent sur les données hospitalières. Elles permettent de distinguer les accidents proprement dits des violences intentionnelles ».

Les chutes à domicile, première cause d’accident chez les personnes âgées

Chaque année, selon cette étude de l’INED, environ 6% des personnes de 65 ans ou plus se blessent accidentellement à leur domicile ou lors d’un déplacement à l’extérieur. C’est moins que les personnes plus jeunes, la fréquence des accidents ayant tendance à diminuer avec l’âge.

Pour les 65 ans et plus, les accidents de la vie courante résultent trois fois sur quatre de chutes survenant à domicile ou dans ses abords immédiats et dans 15% des cas de chutes sur la voie publique. Ces drames tiennent davantage aux troubles du vieillissement individuel, à des facteurs extérieurs (logement inadapté, isolement), parfois à des conduites à risques (sédentarité, dénutrition, consommation de médicament ou d’alcool).

Moins fréquents, ces accidents sont néanmoins plus graves chez les personnes âgées. La fragilité inhérente à leur âge accentue, à choc égal, la gravité des blessures ou le risque d’en décéder. Deux fois sur trois, les accidents de la vie courante nécessitent chez elles un suivi médical ou une hospitalisation de quelques jours, alors que chez les jeunes enfants, les accidents sont bénins dans deux tiers des cas. Près de 5% des personnes âgées hospitalisées à la suite d’un accident de la vie courante en décèdent, alors que c’est rarement le cas chez les jeunes.
Accidents et agressions corporelles chez les seniors : moins fréquents que chez les jeunes, mais plus graves (Ined)

Les accidents de la route occasionnant des blessures chez les personnes âgées surviennent une fois sur deux lorsqu’elles sont en voiture, en tant que conducteur (33%) ou passager (16%), et un peu plus d’une fois sur trois lorsqu’elles sont à pied (38 %). Par comparaison, les accidents de piétons ne représentent que 12% des accidents corporels avant 65 ans. Les conducteurs âgés sont plus grièvement blessés : au-delà de 75 ans, 8% des accidentés présentent des blessures sérieuses, voire très sérieuses et 13% ne survivent pas à l’accident (respectivement 5%).

Les personnes âgées sont-elles fréquemment agressées ?

Les enquêtes de santé mentale permettent de repérer les troubles dépressifs et plus particulièrement le risque suicidaire. La proportion de personnes présentant un risque suicidaire élevé décroît avec l’âge : 1% des personnes entre 60 et 74 ans déclarent avoir fait une tentative de suicide au cours du mois écoulé ou, ayant déjà fait une tentative au cours de leur vie, ont pensé à se suicider au cours du moins écoulé, contre 2,8% des 18-29 ans. Par contre, le risque d’agression par autrui est nettement plus important que celui d’auto-agression chez les personnes âgées (1%, voir plus loin).

S’agissant des violences, les enquêtes sur les conditions de vie mesurent régulièrement le sentiment d’insécurité. À tort ou à raison, les femmes âgées craignent davantage d’être agressées ou cambriolées que les hommes. Au-delà de 60 ans, 14% d’entre elles déclarent avoir peur de temps en temps, voire souvent, à leur domicile (7% des hommes), les écarts avec leurs cadettes étant faibles cependant (12% avant 30 ans et 10% entre 30 et 60 ans).


Publié le Mercredi 7 Juillet 2010 dans la rubrique Social | Lu 1790 fois