Sommaire
Senior Actu

AVC : comment éviter sa survenue et réduire les risques grâce à la télémédecine...

Le Dr Patrick Dary a mis en place un protocole original de télémédecine chez les patients à risque d’accident vasculaire cérébral, dans le Limousin. Grâce à un suivi en ambulatoire de ses patients, il peut détecter une fibrillation auriculaire, cause majeure d’AVC. Il peut alors initier au plus tôt un traitement anticoagulant en prévention ! Détails.



Le Dr Patrick Dary a mis en place un protocole original de télémédecine chez les patients à risque d’accident vasculaire cérébral, dans le Limousin. Grâce à un suivi en ambulatoire de ses patients, il peut détecter une fibrillation auriculaire, cause majeure d’AVC. Il peut alors initier au plus tôt un traitement anticoagulant en prévention ! Détails.
 
Le Dr P. Dary* exerce dans le Limousin, zone rurale où le développement de la télémédecine permet d’améliorer l’accès aux soins.
 
Son étude visait à évaluer la faisabilité du diagnostic d’une fibrillation auriculaire (FA) en télémédecine afin de prévenir la survenue d’un AVC chez les patients à risque. La FA, trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, étant une cause majeure de survenue d’AVC.
 
Le patient qui entre dans l’étude reçoit tout d’abord une information complète sur la FA et son lien avec la survenue d’un AVC. Il reçoit ensuite un holter, enregistreur portatif, dont il applique seul, à domicile, les électrodes sur son thorax. L’enregistreur communique avec un boitier de transmission équipé d’une carte téléphonique. L’appareil transmet automatiquement des électrocardiogrammes (ECG) 10 heures par jour au cabinet de cardiologie. Ce suivi en ambulatoire est effectué pendant 11 jours, générant 267 ECG !
 
Au cabinet de cardiologie, les informations sont suivies grâce à un système d’alertes qui prévient automatiquement lorsqu’il y a la survenue d’une FA. Dans ce cas, le Dr P. Dary initie si nécessaire rapidement et en temps réel des thérapeutiques préventives, en particulier un traitement anticoagulant de nouvelle génération, mais aussi tout autre traitement nécessaire.
 
Cette étude a débuté en 2011 et portait sur 130 patients, dont 49% d’hommes et 51% de femmes. En tout, 28% ont déjà eu un épisode de FA, 10% ont été victimes d’un AVC, les autres présentent le risque de développer une FA, en particulier les patients hypertendus, diabétiques ou insuffisants cardiaques.
 
Il s’est avéré que pour 35% des patients, la télésurveillance a amélioré le diagnostic et le traitement de la FA, permettant d’ajuster et de sécuriser la thérapeutique délivrée. « Ce résultat est une très grand satisfaction et me conduit à perfectionner cette technique dans le l’objectif d’améliorer le dépistage et de prévenir cette grande catastrophe qu’est l’AVC » conclut le Dr P. Dary.
 
Les résultats de l’étude sur la prévention de l’AVC grâce à la télémédecine viennent d’être présentés par le cardiologue Patrick Dary, aux 16èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JESFC).
 
A propos de la fibrillation atriale
La FA est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent à travers le monde.
Un adulte sur quatre de plus de 40 ans développera une FA au cours de sa vie.
La FA provoque une irrégularité des battements cardiaques, le rythme cardiaque étant souvent soit trop rapide, soit trop lent.
Les personnes atteintes de FA présentent un risque cinq fois supérieur de subir un accident vasculaire cérébral par rapport aux personnes non atteintes3.
Les AVC liés à la FA ont tendance à être plus sévères et invalidants que ceux non liés à cette pathologie4.
 
*A propos du Dr Patrick Dary
Agé de 47 ans, le Dr Patrick Dary est cardiologue à St-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne, exerçant une activité mixte, libérale et hospitalière, depuis 1995. Il exerce également au CHRU de Limoges en médecine nucléaire.
Très impliqué dans la vie locale en tant que maire adjoint, il a noué des liens étroits avec d’autres élus locaux inquiets de l’accès aux soins en zone de désertification rurale.


Publié le Mardi 28 Janvier 2014 dans la rubrique Santé | Lu 1500 fois