Sommaire
Senior Actu

A 75 ans, les retraités canadiens disposent de 80% du revenu qu’ils touchaient à 55 ans

Selon une nouvelle étude publiée cette semaine par le site Internet Statistique Canada, les travailleurs canadiens avaient en moyenne à l'âge de 75 ans, âge où la plupart étaient à la retraite, un revenu familial disponible correspondant à 80 % du revenu qu'ils avaient à l'âge de 55 ans, lorsqu'ils travaillaient. On y apprend également que plus le revenu disponible à l'âge de 55 ans était élevé, plus la part du revenu remplacé à la retraite était petite… Détails.


Cette étude s'est appuyée sur les données de la banque de Données administratives longitudinales de Statistique Canada pour déterminer dans quelle mesure les personnes âgées de 55 ans pouvaient maintenir leur revenu familial durant leurs années de retraite, et ce, jusqu'à l'âge d'environ 75 ans. La période à l'étude allait de 1983, lorsque les personnes visées avaient 55 ans, à 2004, quand elles avaient atteint l'âge de 76 ans.

L'étude a révélé que dans le cas des travailleurs qui avaient un revenu moyen à l'âge de 55 ans, le revenu familial disponible a baissé après qu'ils ont atteint l'âge de 60 ans. Il a ensuite diminué jusqu'à l'âge de 68 ans, puis il s'est stabilisé pour se situer à environ 80 % du niveau de revenu qu'ils avaient à l'âge de 55 ans. Le revenu des travailleurs à faible revenu (ceux se situant dans les 20 % inférieurs de la répartition du revenu) a peu changé après qu'ils ont atteint l'âge de 55 ans, et au fil des années de retraite. Selon les responsables de cette enquête, « cela était attribuable dans une large mesure aux effets de maintien du revenu du système de pensions publiques ».

Ces travailleurs à faible revenu ont connu des niveaux élevés d'instabilité du revenu personnel vers la fin de la cinquantaine et au début de la soixantaine. Toutefois, après la retraite, leur revenu s'est stabilisé. En revanche, les travailleurs mieux nantis se situant dans les 20 % supérieurs de la répartition du revenu avaient subi des baisses de revenu importantes au moment d'atteindre 75 ans. « Ces conclusions sont importantes étant donné le vieillissement de la population » remarquent les auteurs de l’étude qui ajoutent que la « proportion de retraités dans la population est appelée à augmenter sensiblement » dans les années à venir. Par conséquent, le degré de bien-être financier des personnes âgées deviendra probablement une question importante. .../...

Fortes variations des « taux de remplacement du revenu »

Cette étude a également permis de calculer le « taux de remplacement du revenu », qui est le revenu familial après impôts et transfert à un âge donné, par exemple, 75 ans, comparativement au revenu familial après impôts et transfert de la même personne lorsqu'elle était âgée de 55 ans. Elle a ainsi révélé qu'en moyenne, plus le revenu disponible à l'âge de 55 ans était élevé, plus la part du revenu remplacé à la retraite était petite. Les travailleurs les mieux nantis, ceux se situant dans les 20 % supérieurs de la répartition du revenu à l'âge de 55 ans, ont remplacé, en moyenne, environ 70 % de leur revenu après l'âge de 70 ans.

Toutefois, à l'âge de 75 ans, ces travailleurs avaient un revenu familial moyen de 90 000 dollars canadiens après impôts pour une famille de deux personnes. Environ 40 % de ce revenu provenait de régimes de pension privés ou de régimes enregistrés d'épargne-retraite, 28 %, de gains de placements et de gains en capital, et environ 18 %, de régimes de pension publics ou de la sécurité de la vieillesse.

Le revenu des personnes se situant dans les 20 % des familles les plus pauvres à l'âge de 55 ans a relativement peu varié au fur et à mesure que ces personnes ont vieilli. Elles ont maintenu environ 100 % de leur revenu disponible parce que leurs gains des années antérieures ont été remplacés par le revenu du Régime de pensions du Canada ou du Régime des rentes du Québec (RPC/RRQ), la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Supplément de revenu garanti (SRG).

À l'âge de 75 ans, ces travailleurs ont déclaré un revenu familial après impôts moyen d'environ 30 000 dollars canadiens pour une famille de deux personnes. Environ 60 % de ce revenu provenait du RPC/RRQ, de la SV ou du SRG.

Les travailleurs qui avaient un revenu moyen à l'âge de 55 ans ont remplacé entre 75 % et 80 % de leur revenu familial jusqu'à l'âge de 75 ans. Certains travailleurs ont toutefois affiché des taux de remplacement faibles. L'étude a révélé qu'à l'âge de 75 ans, environ un cinquième des travailleurs avaient remplacé moins de 60 % du revenu après impôts qu'ils avaient à l'âge de 55 ans.

La différence entre les taux de remplacement élevés et faibles tient aux sources de revenu

Deux personnes dont le revenu familial à l'âge de 55 ans est identique peuvent avoir des niveaux de revenu différents à l'âge de 75 ans, selon leurs sources de revenu.

L'étude a permis de déterminer quelles sources de revenu précédant la retraite étaient liées aux taux de remplacement du revenu élevés ou faibles. À cette fin, l'étude a surtout porté sur la situation des personnes à revenu moyen qui avaient environ les mêmes niveaux de revenu à 55 ans. À la retraite, certains de ces travailleurs avaient des taux de remplacement de plus de 100 % et d'autres, de moins de 60 %.

Au début de la retraite, à 65 ans, la différence entre les taux de remplacement faibles et élevés s'expliquait par des différences sur le revenu d'emploi ainsi que par des revenus de placements et des gains en capital. Ensemble, ils représentaient 90 % de la différence au chapitre du revenu à l'âge de 65 ans entre les travailleurs aux taux de remplacement faibles et ceux aux taux de remplacement élevés.

À l'âge de 75 ans, toutefois, le principal facteur déterminant d'un taux de remplacement élevé ou faible était l'accès à un régime de pensions privé. Cette source de revenu à elle seule expliquait 45 % de l'écart entre les niveaux de revenu des deux groupes.

Les gains de placements et les gains en capital étaient à l'origine de 27 % de la différence de revenu à l'âge de 75 ans.

L'instabilité du revenu familial diminue fortement à la retraite

L'instabilité du revenu fait référence à la variation d'une année à l'autre des niveaux de revenu d'une famille donnée. Des niveaux plus élevés d'instabilité du revenu, c'est-à-dire des variations plus fortes, peuvent influer sur les niveaux de consommation d'une année à l'autre, créant de l'incertitude et du stress.

L'étude a montré que l'instabilité diminue grandement tant chez les familles à faible revenu que chez celles à revenu élevé au fur et à mesure que les travailleurs vieillissent. Vers la fin de la cinquantaine, le revenu familial moyen des 20 % des travailleurs se situant dans la tranche inférieure de la répartition du revenu (les familles les plus pauvres dans notre échantillon, en se rappelant toutefois que les personnes gagnant moins de 10 000 $ à l'âge de 55 ans ont été exclues de l'échantillon) fluctuait d'environ 25 % en raison de l'instabilité des gains d'emploi. En revanche, le revenu des 20 % des familles les plus riches ne fluctuait que d'environ 18 % aux mêmes âges.

Cependant, l'instabilité du revenu a généralement diminué au fur et à mesure du vieillissement des travailleurs. Elle a toutefois décliné davantage dans le cas des familles à faible revenu par rapport à celles ayant un revenu élevé. Au moment d'atteindre 70 ans, le revenu familial pour les deux groupes affichait généralement un écart d'environ 10 % seulement par rapport à la moyenne sur cinq ans.

Cette diminution de l'instabilité était dans une large mesure associée au remplacement de gains d'emploi moins stables par un revenu plus stable provenant de régimes de pension publics, de la SV et du SRG, ou de régimes de pension privés.


Publié le Mercredi 12 Mars 2008 dans la rubrique Retraite | Lu 6624 fois