Sommaire
Senior Actu

A 70 ans, Simone Coupé se bat pour sauvegarder le vie de son singe Titi

Simone Coupé, une septuagénaire de Grez-en-Bouère dans la Mayenne, se bat actuellement pour sauver la vie de son singe magot qui lui tient compagnie depuis sept ans, et qui est menacé d’euthanasie par les services vétérinaires.


Mme Coupé vit en compagnie de Titi, ce singe Magot d’une dizaine de kilos, depuis sept ans. Elle l’a acheté alors qu’il était encore bébé à un cirque qui à l’époque, souhaitait s’en débarrasser. La vieille dame s’en occupe comme si c’était un enfant. Elle lui donne une douche une fois par semaine : « il a l’habitude, il reste dans la baignoire et ne bouge pas pendant que je le savonne ». Sinon, équipé de sa couche –elle doit le changer quatre à cinq fois par jour- l’animal évolue librement dans la maison qui est dotée d’une cour entièrement fermée, précise une dépêche de l’AFP.

Comme le souligne la septuagénaire, qui habite seule avec son singe depuis trois ans : « Titi vit chez moi comme un être humain. Il ne dérange personne, il ne s’est jamais échappé et n’a jamais fait de mal à qui que ce soit. Si on me l’enlève pour l’euthanasier, je n’ai plus de raison de vivre ». Le fait est que le petit-fils de la vieille dame est mort brûlé dans un accident il y a quelques mois.

Malheureusement, selon la loi, il est interdit d’avoir un animal exotique chez soi à moins d’être en possession d’un certificat de capacité. Or, la commission préfectorale, qui attribue ces certificats, vient de le refuser à Mme Coupé « estimant que l’animal posait un problème de sécurité à long terme ». Légalement, elle doit donc se débarrasser de son animal.

Il semblerait que devenus adultes, ces singes peuvent devenir violents et difficilement contrôlables. Si Mme Coupé ne veut pas que son animal préféré soit euthanasié, il faudrait qu’elle puisse trouver un refuge qui l’accepte. Cependant, la plupart sont déjà submergés par cette race de singes, que les particuliers abandonnent lorsqu’ils deviennent ingérables.

« Si un jour il devient agressif, je prendrai mes responsabilités. C’est moi même qui le ferait piquer. En attendant il ne pose aucun problème. Alors qu’on me laisse tranquille » conclut Mme Coupé.

Une pétition circule actuellement dans son village de la Mayenne, pour que Mme Coupé puisse conserver son singe avec elle. Selon le quotidien local Haut Anjou, une soixantaine de personnes l'auraient déjà signée. Simone et son Titi sont également soutenus par la SPA et l'association Brigitte Bardot.
A 70 ans, Simone Coupé se bat pour sauvegarder le vie de son singe Titi


Publié le Jeudi 9 Février 2006 dans la rubrique Divers | Lu 12643 fois