Sommaire
Senior Actu

A 60 ans, la demande des baby-boomers en matière d’immobilier évolue

Aux Etats-Unis les acteurs du marché de l’immobilier se préparent à affronter, à partir de l’année prochaine, la première vague de baby-boomers qui vont célébrer leur soixantième anniversaire et qui à l’approche de la retraite, envisagent de changer de mode de vie mais aussi d’hébergement indique un récent article du Washington Times.


A l’approche de la retraite, ces 77 millions de baby-boomers nés entre 1946 et 1964, risquent de profondément modifier la demande en matière d’immobilier. La plupart du temps, les enfants ont quitté le foyer familial et la retraite commence à poindre, à devenir réalité.

Plus besoin de s’encombrer de l’immense maison familiale ou de l’imposant 5 pièces qui coûtent cher et demandent de l’entretien. Les boomers recherchent maintenant un logement plus petit, un jardin moins grand et si possible des services.

Comme le souligne un agent immobilier de Washington, cette nouvelle tendance a commencé à se faire sentir depuis quelques temps déjà. « Dans notre région, les résidences en copropriété représentent presque la moitié du marché. Souvent ces clients veulent un logement plus modeste où il y a peu de terrain à entretenir ».

Un récent sondage réalisé par l’Institut Harris sur 1.814 personnes âgées de 41 à 69 ans, montre qu’un tiers des 60-69 ans pensent changer de logement, que la moitié de 50-59 ans et que 60% des 41-49 ans souhaitent acquérir une nouvelle maison au moment de la retraite. Les raisons les plus souvent invoquées sont : se rapprocher de la famille, avoir un logement plus pratique et enfin des cieux plus cléments. A ce sujet, les Etats les plus populaires parmi ces tranches d’âge sont la Floride, l’Arizona, la Caroline du nord, la Californie et le Texas. Mais cette enquête souligne aussi que cette nouvelle génération de retraités a l’intention de mener une vie plus active avec : des exercices physiques, des hobbies, du bénévolat et la découverte de nouvelles activités. Ce qui pourrait expliquer l’engouement pour les villages de retraités.
A 60 ans, la demande des baby-boomers en matière d’immobilier évolue

A 60 ans, la demande des baby-boomers en matière d’immobilier évolue
La société Pulte Homes qui via sa filiale Del Webb est à l’origine des Sun City* poursuit donc le développement des résidences-services réservées aux personnes de plus de 55 ans. Trente-trois communautés existent déjà à travers les Etats-Unis et 22 autres devraient ouvrir dans les 18 mois à venir. « Avec l’augmentation du nombre de personnes âgées de 55 à 75 ans qui devrait atteindre les 80 millions d’ici 2020, les besoins en terme de logements pour ces seniors actifs sont énormes » indique la porte-parole du constructeur immobilier. Certains pensent même que la demande pourrait doubler dans les vingt prochaines années.

Le témoignage de ce couple de retraités du Maryland est un bon exemple de seniors qui veulent rester actifs sans avoir à trop s’occuper de leur maison. A l’approche de la retraite, ils n’ont pas voulu conserver leur maison et ses 5.000 m² de terrain. Ils ont donc acheté une petite villa dans une résidence qui ne compte quasiment que des retraités. Le terrain fait 150m² et se trouve en bordure d’un parcours de golf, d’un cours de tennis et comprend de nombreux aménagements. De plus cette nouvelle adresse les rapproche de leurs enfants et de Washington où le mari vient de trouver un emploi de consultant à temps partiel.

*résidences réservées aux retraités qui se trouvent dans des régions chaudes et ensoleillées

Pour en savoir plus, lire aussi :

Les résidences pour seniors en Espagne, un bon marché pour les promoteurs immobiliers
Espagne – Développement des « seniors resorts » dans la péninsule ibérique


Publié le Jeudi 1 Septembre 2005 dans la rubrique Consommation | Lu 2952 fois