Sommaire
Senior Actu

80% des piétons tués à Paris ont plus de 60 ans

Les villes sont dangereuses pour les passants et plus particulièrement pour les personnes âgées. De nombreuses études internationales ont déjà montré que la plupart des victimes des accidents de la route qui se produisent en ville, touchent des piétons de plus de 60 ans. Un nouveau rapport de la préfecture de police de Paris, révélé aujourd’hui par le journal gratuit 20 minutes, vient confirmer la dangerosité des rues de la capitale pour nos aînés.


Selon ce rapport de la préfecture de Police de Paris -révélé par le quotidien gratuit 20 minutes dans son édition d’aujourd’hui- qui porte sur les quatre premiers mois de l’année, 80% des piétons tués dans les rues de la capitale sont âgées de plus de 60 ans.

Comme le souligne dans cet article Roland Maucourant, conseiller du directeur des transports et de la protection du public à la préfecture de police de Paris, « il s’agit la plupart du temps, de personnes de plus de 80 ans ».

Ainsi, sur les huit aînés décédées dans les rues de la capitale depuis le début de l’année, trois ont été victimes de « traversées irrégulières », deux en raison de « demi-tours et marches arrière » de véhicules, un après « un franchissement de feu rouge », et deux en raison d'« inobservations de la priorité d'un piéton » précise 20 minutes, qui ajoute que les piétons sont l’une des rares catégories qui voit sa mortalité remonter depuis deux ans. .../...
80% des piétons tués à Paris ont plus de 60 ans

Au Japon, selon des statistiques récentes, en 2004, les piétons de 65 ans et plus ont représenté les deux-tiers des décès sur la voie publique. Une autre étude de la police israélienne indique qu'en 2003 plus de 60% des piétons tués dans les rues de Tel Aviv étaient âgés de plus de 60 ans. Idem à Bogota en Colombie où plus des deux-tiers (71%) des décès concernent donc des passants seniors. Paris n'est donc malheureusement pas la seule capitale au monde à être confrontée à ce problème...

Ces chiffres ne sont ni surprenants, ni exceptionnels. Les diverses autorités soulignent que le nombre de personnes âgées qui décèdent dans les accidents de la route est important car ces sujets récupèrent bien moins facilement que les jeunes. Parfois un simple choc suffit à tuer un aîné alors qu'un adulte ou un enfant pourraient s'en remettre sans problème.

Il faut rappeler qu'à partir de 50 ans, les capacités motrices diminuent, des problèmes visuels et auditifs peuvent apparaître, les réflexes baissent, les temps de réaction augmentent … Tous ces problèmes fonctionnels rendent les promenades dans les villes plus dangereuses. Ainsi, une enquête parue l'été dernier en Espagne, montre qu'un quart des piétons seniors s'estiment en danger lorsqu'ils se promènent dans la rue.

Mais ce n'est pas tout, les seniors estiment aussi que les voies publiques ne sont plus adaptées à leurs besoins. Les feux rouges sont trop rapides, ils n'ont guère le temps de traverser. Ils souhaiteraient aussi davantage de passages piétons protégés et des trottoirs moins hauts. D'autres facteurs viennent augmenter ce sentiment d'insécurité : la densité du trafic, le bruit, la vitesse…

Pour en savoir plus, lire aussi :
Les compagnons du voyage : accompagner les seniors dans les transports publics
En Colombie, les seniors sont aussi les premières victimes des accidents de la route


Publié le Mercredi 24 Mai 2006 dans la rubrique Transports | Lu 3632 fois