Sommaire
Senior Actu

80% des Français associent la retraite à une baisse de revenu et un tiers envisage de travailler

En matière de retraite, les Français anticipent une baisse de leur revenu et plus de 80% l’associent à une réduction de leur pouvoir d’achat indique le 2ème baromètre AXA de la Retraite réalisé d’après une enquête menée par la société d’études marketing GfK.


1.764 euros par mois, c’est le montant moyen de la retraite en France (revenus publics et privés). Bien que ce chiffre soit le plus élevé en Europe, 82% des Français associent la retraite à une baisse du pouvoir d’achat, estimant leurs besoins à 2.000 euros mensuels. Un sentiment encore plus prononcé chez les femmes (86%) que chez les hommes (78%).

Cette association reste intuitive si l’on considère que seuls 12% des actifs français, et 35% des actifs de plus de 55 ans, déclarent connaître le montant de leur future retraite. Néanmoins, les Français restent plutôt optimistes concernant la « qualité de vie » à la retraite. Ainsi, 92% des actifs entendent adapter leur style de vie à l’évolution de leurs revenus considérant, qu’à cet âge, les grosses dépenses seront derrière eux.

Ils s’attendent à une réforme du système français et envisagent d’exercer une activité après la retraite

Plus encore qu’en 2004, les actifs (80%) et les retraités (61%) s’attendent à une réforme sur l’allongement de la durée de cotisations et sur les conditions financières de la retraite. Plus précisément, les trois-quarts (75%) des actifs anticipent une réduction du montant de la retraite publique. Pour compenser cette baisse de revenu, presqu’un tiers (32%) envisagent d’exercer une activité professionnelle après la retraite, et 50% prévoient d’aider financièrement leurs parents retraités. Enfin, 66% des actifs sont favorables à des conditions fiscales allégées pour les retraités.

Pour 79% des actifs, l’Etat doit rester l’acteur majeur du financement de la retraite. Reflet du rôle clé que doit jouer l’état, 63% des Français rejettent l’idée de leur entière responsabilité dans le financement de leur retraite. Ils estiment que l’employeur et le salarié doivent y contribuer à parts égales.

Ainsi, le financement complémentaire de la retraite est moins largement admis par les Français qu’ailleurs dans le monde. En Europe, ces derniers figurent ainsi au rang des plus « assistés » en matière de retraite.

Les Français épargnent par anticipation d’une baisse du pouvoir d’achat

Confrontés au problème de financement de la retraite, les actifs français épargnent à hauteur de 371 euros par mois pour la préparer, ce qui les place au premier rang des épargnants en Europe.

49% de la population active a déjà commencé à préparer sa retraite, et ce dès l’âge de 32 ans (4 ans plus tôt que leurs aînés). 25% des actifs recherchent des informations ou des conseils financiers sur la retraite. Ces derniers s’informent en très grande majorité auprès des compagnies d’assurance, des banques et de courtiers (87%) ; et dans une moindre mesure auprès de leurs amis et de leur famille (43%).

Les Français, prévoyants, préfèrent multiplier les produits d’épargne retraite ; ils en possèdent quatre en moyenne. L’assurance-vie est leur produit préféré ; plébiscitée par 55% des Français, elle confirme sa première place (+ 9 points par rapport à 2004) devant les autres produits de retraite.

Autre particularité française, près de 40% des citoyens investissent dans la pierre. En général, actifs (82%) comme retraités (89%) privilégient les produits à revenu minimum sans risque.

En matière de transmission, les Français sont les plus généreux de par le monde. Deux Français sur trois prévoient de transmettre le capital constitué à la retraite à leurs héritiers.

Ces chiffres sont extraits de la seconde édition du Baromètre AXA de la Retraite, d’après une étude menée par GfK dans onze pays auprès de 6 915 personnes actives et retraitées, issues de toutes les classes sociales. Le panel de répondants a été interrogé sur sa situation, ses habitudes, ses consommations, ses projets tant au plan financier qu’en matière de santé ou encore de loisirs.


Publié le Mercredi 22 Mars 2006 dans la rubrique Retraite | Lu 7969 fois