Sommaire
Senior Actu

50% des diabétiques de plus de 50 ans connaissent des problèmes d'érection

Une récente conférence organisée par l’Association des diabétiques de Catalogne (ADC), avec la collaboration du laboratoire médical Pfizer, qui a eu lieu la semaine dernière en Espagne et portait sur « l’influence du diabète sur la fonction sexuelle » a mis en avant qu’un diabétique sur deux de plus de 50 ans souffre de dysfonction érectile.


Si les problèmes d’érection touche déjà presque un tiers (28%) des 300.000 diabétiques catalans, passé l’âge de 50 ans, il concerne un homme diabétique sur deux. Comme le souligne le président de la délégation l’ADC de la ville de Manresa au nord de Barcelone, Juan Rexach Solé « il nous a semblé opportun d’aborder la santé sexuelle des diabétiques, un sujet tabou, que nous n’avions encore jamais abordé, qui affecte la qualité des relations sexuelles de nos malades et leur estime de soi ».

La dysfonction érectile est une pathologie étroitement liée au diabète. En effet, cette maladie touche les nerfs périphériques responsables de l’érection mais aussi la vascularisation du pénis. Et comme souvent dans ce genre de situation, les hommes sont réticents à l’idée de consulter un médecin.

En fait, le diabète affecte la microcirculation sanguine du pénis, ce qui gène le remplissage des corps érectiles (ou caverneux), qui se trouvent sur les côtés de la verge. Ces corps érectiles fonctionnent un peu comme des éponges. Ils se gorgent de sang sous le contrôle d'une stimulation nerveuse. Or pour que l’érection soit ferme, ces structures anatomiques doivent parfaitement fonctionner. Lorsqu’elles sont affectées par le diabète, l’érection peut être légèrement altérée, voire sévèrement si la maladie est fortement développée.

Bien sûr, la dysfonction érectile des diabétiques, tout comme celle des non-diabétiques, peut être traitée de différentes manières : par des produits vasodilatateurs, par l'injection directe dans les corps caverneux de prostaglandine E1 ou encore, par le système mécanique de pompe qui permet une fois l'érection obtenue, de la maintenir grâce à un élastique placé à la base de la verge. Enfin il n’est pas inhabituel de traiter la dysfonction érectile des hommes diabétiques par des prothèses péniennes qui assure la rigidité nécessaire. En effet, certains malades ne répondent plus à aucun des autres traitements compte tenu de l’étendue de leur pathologie.


Publié le Vendredi 8 Juillet 2005 dans la rubrique Santé | Lu 3555 fois