Sommaire
Senior Actu

4èmes journées nationales d’information et de dépistage de la DMLA du 28 juin au 2 juillet 2010

Du lundi 28 juin au vendredi 2 juillet 2010, l’Association DMLA va organiser, en partenariat avec la Société Française d’Ophtalmologie (SFO), le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF) et avec le soutien de différents laboratoires pharmaceutiques*, les Journées Nationales de dépistage de la DMLA.


Au cours de cette semaine, les ophtalmologistes (libéraux et hospitaliers) de France consacreront des plages horaires afin de recevoir en consultation, et sur rendez-vous, les personnes de plus de 55 ans qui souhaitent bénéficier d’un dépistage de la DMLA.

Chaque ophtalmologiste** réalisera, par la méthode de son choix, un examen du fond d’oeil, afin d’en détecter les signes précurseurs (MLA – Maculopathie Liée à l’Age).

A cette occasion également, des guides d’information sur la maladie, le dépistage et les traitements, seront distribués au public.
4èmes journées nationales d’information et de dépistage de la DMLA du 28 juin au 2 juillet 2010

Les Journées Nationales de dépistage, une initiative de l’Association DMLA

Dès la première édition en 2007, plusieurs centaines d’ophtalmologistes ont participé activement à ces Journées d’Information et de Dépistage. Depuis sa création en 2003, l’Association DMLA sensibilise le public à cette pathologie et apporte son soutien aux patients.

Elle est présidée par le Pr Eric Souied (service d’ophtalmologie du Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil) et comprend un réseau de plus de 300 professionnels de la vision (110 ophtalmologistes, des orthoptistes, opticiens et scientifiques).

Actuellement, plus de 1700 patients en sont membres. L’Association DMLA a également vocation à promouvoir la recherche médicale dans ce domaine. Pour plus de renseignements : www.association-dmla.com

Ce qu'il faut savoir de la DMLA

Qu’est ce que la DMLA ?

La DMLA est une maladie dégénérative qui affecte le centre de la rétine appelé la macula. Cette zone centrale représente seulement 2 à 3% de la surface de la rétine mais transmet 90% des informations visuelles au cerveau. La DMLA se déclare après 50 ans et se traduit par une perte de la vision centrale (la vision périphérique ou latérale restant intacte). La DMLA touche près d’un million de personnes en France. Les experts prévoient une multiplication par deux de ce chiffre au cours des vingt prochaines années en raison de l’augmentation de l’espérance de vie. Cette pathologie de l’oeil est la première cause de cécité légale (acuité visuelle de 1/20) et de
malvoyance chez les plus de 50 ans dans les pays développés.

Pourquoi dépister la DMLA ?

- Une maladie fréquente en constante augmentation
- Une menace pour la vision centrale
-Une détérioration de la qualité de vie
- Une maladie insidieuse
- Les premiers stades se caractérisent par l’absence de symptômes
- L’apparition des premiers symptômes témoigne déjà de lésions évoluées
- Une perte d’autonomie pour les personnes concernées

Comment se dépiste-t-elle ?

- Le dépistage consiste à examiner le fond de l’oeil à la recherche de signes précurseurs de DMLA. Cet examen peut s’effectuer par une photographie de la rétine.
- Des méthodes d’imagerie performantes non invasives existent ainsi que des examens complémentaires de pointe pour affiner le diagnostic.

Quelles sont les mesures efficaces de prévention ?

- A partir d’un examen régulier du fond de l’oeil, les ophtalmologistes peuvent évaluer le risque chez un patient de déclarer une DMLA dans les cinq ans qui suivent.
- Un régime alimentaire riche en micronutriments antioxydants, en pigments caroténoïdes et en acides gras oméga 3, contribue à réduire le risque.
- L’arrêt du tabac et l’exercice physique régulier peuvent retarder l’apparition de la maladie. En effet, la surcharge pondérale multiplie par deux le risque de développer une DMLA et le tabagisme par six.

Quel est le traitement ?

Il existe actuellement trois types de traitements de la DMLA :

- Les anti-VEGF. Ce sont des anti-angiogéniques qui luttent contre la prolifération des néovaisseaux de la DMLA dite « exsudative ».
- La photothérapie dynamique. Cette méthode consiste à injecter par voie intra-veineuse un produit photo-sensibilisant qui sera transporté par le flux sanguin et se fixera sur les néovaisseaux du fond d’oeil. Puis, l’utilisation d’un laser « froid » asséchera ces néovaisseaux, provoquant un ralentissement de la maladie.
- La rééducation basse vision. Cette méthode concerne les personnes dont la vision centrale a définitivement chuté. La rééducation leur permettra d’apprendre à exploiter au maximum la vision périphérique et ainsi, leur redonner leur autonomie.

La DMLA – points clés

- L’incidence de la DMLA augmente avec l’âge : de 1% avant 65 ans à près de 30% au-delà de 80 ans.
- Il existe deux formes de DMLA : la forme sèche dite atrophique et la forme humide ou néovasculaire, plus fréquente.
- Actuellement, il n’y a pas de traitement pour la forme sèche mais des moyens de prévention.
- La forme humide progresse plus rapidement et se caractérise par l’apparition de vaisseaux sanguins anormaux au niveau de la macula. L’arrivée des traitements anti-angiogéniques en injection dans la cavité de l’oeil, il y a trois ans, représente un véritable progrès pour les patients car ils permettent de stabiliser voire d’améliorer l’acuité visuelle.
- La prévention et le dépistage précoce sont indispensables pour lutter contre l’évolution de cette pathologie et conserver le plus longtemps possible une bonne acuité visuelle.

*Novartis, Bausch&Lomb et Novalis
**Pour connaître la liste des ophtalmologistes participants, se connecter sur le site Internet : www.journees-dmla.fr ou Composer le numéro vert : 0 800 00 24 26


Publié le Lundi 14 Juin 2010 dans la rubrique Santé | Lu 2636 fois