Sommaire
Senior Actu

303, la vodka anglaise d'inspiration polonaise

Une nouvelle vodka ! Une de plus direz-vous… Oui mais celle-ci a une histoire ! Produite en Angleterre et appartenant à des investisseurs français, elle trouve ses origines dans l’escadrille polonaise 303 qui combattait l’Allemagne dans les années 40.


Dans ces années bien difficiles, les aviateurs polonais -qui avaient sans doute le blues du pays et ne parvenaient pas à s’habituer au whisky- commencèrent à distiller leurs vodkas « maison ». Ceux de l’escadrille 303 installèrent directement un alambic dans leur baraquement ! A chacun de leurs vols, ils décollaient chargés de bombes… et d’une flasque de leur vodka, baptisée la 303.
 
C’est l’une de ces flasques vendue aux enchères soixante-dix ans après qui donna l’idée à un groupe de cinq français de redonner vie à cet alcool chargé d’histoire. A l’instar de la vodka fabriquée par les pilotes polonais, la vodka Squadron 303 est produite à partir de pommes de terre King Edward, elle est distillée une seule fois et n’est pas filtrée.

John Walters, un distillateur réputé du Cambridgeshire fut chargé de créer une vodka où la douceur devait être la qualité première. Pour cela, il utilise une installation sur-mesure constituée d’alambics en cuivre de 200 litres. Un choix qui permet d’obtenir un distillat de 96° d’alcool pur. La réduction à l’eau permet ensuite de redescendre à 40°.
 
Oxygénée puis laissée au repos plusieurs jours, la 303 est prête à être embouteillée dans un flacon élégant inspiré des flasques des pilotes de la RAF. Pure et presque fruitée, la 303 possède une attaque particulièrement douce et délicate et n’a pas besoin d’être consommée glacée. Idéale pour les cocktails elle est également parfaite pure.
 
On ne ressent jamais cette agression que l’on trouve trop souvent dans les vodkas contemporaines. Longue en bouche, elle est parfaite avec du saumon ou du caviar. Tiens, c’est bientôt, les fêtes de fin d’année.
 
Joël Chassaing-Cuvillier


Publié le Jeudi 10 Novembre 2016 dans la rubrique Consommation | Lu 1307 fois