Sommaire
Senior Actu

100 questions sur la Phytothérapie par le docteur Eric Lorrain (livre)

Les Éditions « La Boétie » viennent de publier un ouvrage du docteur Eric Lorrain intitulé « 100 questions sur la Phytothérapie ». Parce que 45% des Français ont recours à la phytothérapie et 63%* d’entre eux font confiance aux bénéfices santé de celle-ci... Détails.


100 questions sur la Phytothérapie par le docteur Eric Lorrain (livre)
L’intérêt pour les thérapeutiques non médicamenteuses se confirme aussi bien pour la prévention qu’en association avec des médicaments.
 
Chaque jour, que ce soit pour améliorer le sommeil, vaincre le stress, faire face aux troubles digestifs ou encore pour soulager des problèmes articulaires, les Français se tournent de plus en plus vers la phytothérapie.
 
Aujourd’hui, les effets de plus de 50 plantes ont été scientifiquement étudiées, leurs combinaisons sont maitrisées, permettant de prévenir et de traiter ainsi toutes sortes de troubles et de déséquilibres qui perturbent le bon fonctionnement de l’organisme.
 
Extraits de plantes standardisés, infusions, compléments alimentaires, huiles essentielles… les plantes sont de plus en plus présentes dans des produits qui font partie du quotidien. Cependant, il est primordial de connaitre leurs actions bénéfiques et leurs bienfaits pour l’organisme. En effet, les plantes répondent à des besoins spécifiques et peuvent être associées entre elles avec un conseil précis et personnalisé, selon les besoins de chacun. 
 
L’Echinacée guérit-elle l’inflammation des voies urinaires ? Pourquoi le Ginseng est-il le meilleur anti-stress ? Comment a été découvert le potentiel antiviral du Cyprès ? Sommes-nous familier de tous les usages de la Prêle ? Comment se prémunir contre l’Alzheimer ?
 
Loin des traités ardus, ce livre, qui se veut  « simple, pratique et pédagogique », consacré à la phytothérapie, répond aux principales questions soulevées par cette discipline. A chaque réponse, le Dr Eric Lorrain, qui s’est également appuyé sur son expérience de praticien, présente la (ou les) plante(s), son origine, son histoire, explique leurs vertus et offre une proposition de soin précise et détaillée.

Trois questions à l’auteur

D’après vous, pourquoi les Français se tournent de plus en plus vers la phytothérapie ?

Il y a plusieurs explications possibles concernant l’engouement des français pour la phytothérapie. Par exemple, ces dernières années, nous avons connu quelques scandales médiatiques : retrait du marché de certains médicaments, effets secondaires, polymédication, déremboursement ou faible remboursement de médicaments courants... Les Français ont un véritable besoin de naturalité, d’écoute et de prise en charge globale de leur santé (et pas seulement du symptôme). La phytothérapie prend le relais de l’homéopathie dans l’esprit des Français avec un niveau de preuve élevé et reconnue.

Il y a une mise à disposition de produits ou médicaments de plantes plus efficaces avec la révolution des EPS (Extrait de Plantes Standardisées), qui tire la phytothérapie vers le haut. Les français ont accès à un nombre croissant de professionnels de la santé informés et compétents (médecins pharmaciens, vétérinaires, etc…). Enfin, il y a une meilleure information faite par les médias sur les médecines complémentaires comme la phytothérapie.

Expliquez-nous la pratique moderne de la phytothérapie ?

La phytothérapie moderne repose sur une approche médico-scientifique. D’un côté, il y a une démarche clinique qui analyse les perturbations physiopathologiques, c’est à dire la nature des troubles médicaux rencontrés. De l’autre côté, il y a de nouveaux extraits de plantes qui restituent l’ensemble des principes actifs et utiles sous une forme galénique, qui permet la personnalisation du traitement selon les besoins individuels de chaque patient, avec une grande stabilité dans le temps, une haute biodisponibilité et une reproductibilité parfaite des effets thérapeutiques.

Cet usage médical des plantes, qui s’intègre dans la médecine basée sur les preuves, se distingue de l’usage traditionnel et populaire des plantes (tisanes, produits à base de plante sans précision sur le mode d’extraction ou la concentration en actifs, etc.), pour lequel le niveau de preuve est faible, et la pratique non encadrée.

Dans le cadre de l’IESV (Institut Européen des Substances Végétale : www.iesv.org) s’est développée la phytothérapie clinique individualisée (PCI) qui codifie et met à la disposition des professionnels de la santé une démarche clinique éprouvée qui permet d’utiliser les extraits de plante médicinale les plus performants dans le but de traiter ou de prévenir un grand nombre de troubles fonctionnels et de maladies.

Quelles sont les pathologies ou plaintes que vous soulagez le plus souvent par le biais de la phytothérapie, dans votre cabinet médical ?

De par mes autres spécialités thérapeutiques (ostéopathie, nutrition, micronutrition, acupuncture) et en tant que médecin du sport, j’utilise le plus souvent la phytothérapie dans :

- les troubles rhumatismaux et traumatologie (arthrose, troubles tendino-musculaires, maux de dos…),

- les troubles digestifs (hépatobiliaires, gastriques, intestinaux),

- les troubles de l’adaptation au stress (fatigue, syndrome d’épuisement, troubles du sommeil, troubles anxieux et mauvaise gestion du stress, troubles de l’humeur),

- les troubles métaboliques (surpoids, obésité, syndrome métabolique diabète, goutte…),

- troubles fonctionnels hormonaux (troubles du cycle, ménopause, déclin hormonal lié à l’âge, troubles thyroïdiens…),

- troubles circulatoires (HTA labile ou lié à un risque métabolique, insuffisance veino-lymphatique, troubles microcirculatoires).

Dans la pratique, un patient peut cumuler plusieurs troubles ou pathologies, traités simultanément ou successivement selon le contexte, en phytothérapie seule ou associé à de la micronutrition, de l’allopathie ou d’autres thérapeutiques (chirurgie, ostéopathie, rééducation fonctionnelle, etc.). Il n’y a pas de limite d’âge pour recourir à la phytothérapie. Son indication est faite en fonction du diagnostic, car, bien sûr, on ne peut pas tout soigner avec les plantes, mais leur champ d’utilisation est bien plus important qu’on ne le pense en général.

Rappelons que le Docteur Eric Lorrain est président de l’IESV (Institut Européen des Substances Végétales). Chargé d’enseignement en phytothérapie dans le cadre des diplômes inter-universitaires, il exerce à Grenoble et assure des formations sur ce sujet pour les professionnels de santé.

100 Questions sur la Phytothérapie
Dr Eric Lorrain
La Boétie
220 pages
Prix : 12,50 euros

*Observatoire sociétal du médicament – TNS Sofres – 24 mai 2011


Publié le Jeudi 18 Avril 2013 dans la rubrique Bien-être | Lu 2377 fois